Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un ancien légionnaire saute du troisième étage d'un immeuble de Besançon, les policiers le sauvent in extremis

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

En pleine crise de démence, un ancien légionnaire de 39 ans s'est jeté de son balcon au troisième étage d'un immeuble rue Jean Wyrsch, à Besançon, dans le Doubs. Il a été rattrapé in extremis par des policiers et conduit à l'hôpital de Besançon. "On se serait cru dans Rambo", selon un témoin.

Un légionnaire de 39 ans s'est jeté de son balcon au troisième étage d'un immeuble, 3 rue Jean Wyrsch, à Besançon.
Un légionnaire de 39 ans s'est jeté de son balcon au troisième étage d'un immeuble, 3 rue Jean Wyrsch, à Besançon. - Capture d'écran Google maps.

Habillé en tenue militaire, un ancien légionnaire de 39 ans s'est jeté de son balcon situé au troisième étage, soit environ à 15 mètres du sol, d'un immeuble 3 rue Jean Wyrsch, à Besançon, dans le Doubs. Les policiers l'ont sauvé de justesse. Pendant une heure et demie, policiers et pompiers ont travaillé main dans la main pour sauver cet homme en proie à une crise de folie et le conduire à l'hôpital.

Depuis 48 heures, cet homme, un ancien légionnaire d'origine ukrainienne, criait dans son appartement. Et mercredi 21 avril, à 11h45, les voisins ont appelé la police, car il jetait des meubles depuis son balcon. En arrivant sur place, les trois policiers dépêchés découvrent un homme incohérent, en pleine crise de démence

Il marchait sur une poutre qui relie les balcons, un bloc de béton de 20 centimètres de large, ses pieds étaient recouverts de sang. Il avait jeté la quasi-totalité du mobilier de son salon dans la cour de l'immeuble, au-dessus des garages, selon un proche témoin de la scène. 

Il se croyait sur un terrain de guerre, il criait : "il y a des morts partout"

"Il se croyait sur un terrain de guerre, il criait : "il y a des morts partout"", raconte un témoin. Les policiers ont donc immédiatement appelé des renforts ainsi que les pompiers. C'est ensuite une équipe de neuf policiers et des pompiers qui sont intervenus grâce à la grande échelle.

Les policiers l'ont rattrapé in extremis par les mollets

Plusieurs policiers sont montés dans la nacelle avec les pompiers pendant que d'autres se sont postés sur le balcon du voisin, enfin, ils étaient trois à enfoncer la porte de l'appartement de l'ancien légionnaire. Barricadé chez lui, l'homme pensait que les policiers étaient ses ennemis, cherchant à l'abattre sur un terrain de guerre. 

Il s'est donc retranché dans une pièce de l'appartement, avant de courir jusqu'au balcon et de sauter. Les trois policiers présents chez lui ont réussi à le rattraper par les mollets. Déterminé à mettre fin à ses jours, l'homme s'est débattu et a manqué d'entraîner les policiers dans sa chute. Jusqu'à ce qu'un d'entre eux réussisse à lui faire une clef d'étranglement et à le remonter.

Une scène "digne de Rambo"

"Vous allez me tuer, les morts ne sont plus là", a-t-il crié en plein délire. Il s'est blessé aux mains, ses doigts ont été en partie tranchés lorsqu'il essayait de se débattre. Pour traiter ses blessures, le SAMU l'a conduit à l'hôpital de Besançon, en traumatologie. Il sera ensuite transféré en psychiatrie. 

Sur place, des policiers ont évoqué une scène "digne de Rambo", particulièrement éprouvante. Tout en précisant que l'opération a été un succès et que ni les policiers ni les voisins n'ont été blessés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess