Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un ancien lycéen des Catalins à Montélimar condamné à huit mois de prison avec sursis

vendredi 18 janvier 2019 à 12:44 Par David Meilhac, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Un ancien élève du lycée des Catalins à Montélimar (Drôme) comparaissait ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Valence pour violences et outrage sur un professeur. Il est condamné à huit mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve.

Un ancien élève a été reconnu coupable de violences sur un professeur du lycée des Catalins à Montélimar
Un ancien élève a été reconnu coupable de violences sur un professeur du lycée des Catalins à Montélimar © Radio France - Mélanie Tournadre

Lycée des Catalins, Montélimar, France

Un ancien lycéen des Catalins à Montélimar (Drôme) a été condamné ce vendredi matin à huit mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve. L'élève, âgé de 18 ans au moment des faits, comparaissait pour violences et outrage sur l'un de ses professeurs le 13 novembre 2018. La victime était absente du tribunal de Valence, "encore marquée par les événements" dit son avocat. 

Réfractaire à l'autorité

Ce jeune élève majeur, habitant la Bâtie Rolland, n'a pas de casier, et ne semble pas très menaçant : pas bien grand, pas très costaud. En revanche, il est clairement colérique, et perd vite ses moyens face à l'autorité. Une affirmation qui vaut aussi bien avec les enseignants, qu'avec les policiers lors de sa garde à vue.  

D'étonnantes méthodes pédagogiques

Ce 13 novembre, trois professeurs supervisent une vingtaine d'élèves option professionnelle dans un atelier, pour un contrôle. Des mots fusent chez l'élève, d'abord envers un enseignant, puis un autre, celui qui porte plainte aujourd'hui. Un professeur qui, "pour des raisons pédagogiques" dit son avocat, inscrit les termes grossiers "fils de p***" sur une affiche, qu'il se colle sur son propre dos, en pleine classe. "Une méthode efficace pour montrer à tous les élèves la gravité des propos" selon les Parties Civiles. "Une façon de procéder très maladroite si on veut calmer les choses", répond la Défense. Le lycéen reconnait avoir plaqué son devoir sur son visage, et jeté des livres et des crayons. Mais pas le coup de pied. "Vous ne vous êtes pas excusé ?" demande le président. "On ne me l'a pas demandé", rétorque l'élève boudeur.

Aucun regret, selon le Procureur

La seule faille du prévenu : quelques larmes retenues à l'évocation d'un harcèlement scolaire dont il aurait été victime par le passé, et pourrait expliquer ses réactions colériques. Mais le Procureur de la République le rappelle : ni regret, ni remords, ni prise de conscience chez lui. Le jeune était déjà exclu définitivement des Catalins, il fait la route chaque jour jusqu'à un lycée de Romans. Le voilà condamné à huit mois de prison avec sursis, obligation de soigner ses accès de colère, et d'indemniser la victime, une fois que l'expertise sera réalisée.

Lire aussi : Un professeur agressé par un élève au lycée des Catalins à Montélimar