Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un ancien membre de l'équipe de campagne de Benoît Hamon mis en examen pour viol

vendredi 26 janvier 2018 à 15:34 Par Magali Fichter, France Bleu Paris et France Bleu

Gilbert Cuzou, conseiller régional d'Île-de-France et ancien collaborateur de Benoît Hamon pendant la campagne présidentielle, a été mis en examen ce vendredi pour viol et agressions sexuelles. Il est visé par cinq plaintes de militantes du PS.

Gilbert Cuzou est également conseiller régional d'Île-de-France
Gilbert Cuzou est également conseiller régional d'Île-de-France © Maxppp -

Il avait été placé en garde à vue mardi, il est mis en examen pour viol et agressions sexuelles, ce vendredi : le conseiller régional d'Île-de-France Gilbert Cuzou, 34 ans, ex-membre de l'équipe de campagne de Benoît Hamon, est visé par cinq plaintes de militantes du Parti socialiste, qui ont participé de près ou de loin à la campagne présidentielle.

Des faits qui remontent au mois de juin dernier

Le juge d'instruction l'a placé sous contrôle judiciaire. Outre les chefs de viol et d'agressions sexuelles, il est également mis en examen pour harcèlement sexuel. Deux magistrats instructeurs sont en charge de l'enquête. Gilbert Cuzou a d'ores et déjà été exclu de son groupe politique au conseil régional, Alternative écologiste et sociale, lors de l'ouverture de l'enquête préliminaire en octobre. Les faits se seraient notamment déroulés en juin 2017, pendant la campagne des élections législatives. 

"Dans toutes les organisations dans lesquelles il y a des relations de pouvoir et des hiérarchies, on sait qu'aujourd'hui il existe des faits de harcèlement et potentiellement d'agressions sexuelles, et je ne souhaite pas que (le mouvement de dénonciation, ndlr) retombe", a réagi jeudi sur France 2 Benoît Hamon. L'avocat de Gilles Cuzou, Me Philippe Ohayon, quant à lui, a déclaré à l'AFP : "On est dans le microcosme du parti socialiste, qui est tout autant un réseau affectif que politique. Les faits sont donc complexes et nécessitent de vraies investigations."