Faits divers – Justice

Un ancien militaire condamné pour agressions sexuelles par la justice à Bordeaux

Par Stéphanie Brossard, France Bleu Creuse, France Bleu Gironde et France Bleu La Rochelle vendredi 6 juin 2014 à 18:33

L'ex-caporal chef a été jugé devant la chambre militaire du TGI de Bordeaux
L'ex-caporal chef a été jugé devant la chambre militaire du TGI de Bordeaux © Radio France

Cet ex-caporal chef aujourd'hui âgé de 35 ans a été reconnu coupable d'agressions sexuelles sur trois femmes militaires entre 2007 et 2010 à Guéret dans la Creuse et Mérignac en Gironde. Il a été condamné à 18 mois de prison avec sursis. Il sera par ailleurs inscrit sur le fichier national des délinquants sexuels.

Il a quitté de lui-même l'Armée en 2011, où une procédure disciplinaire avait été engagée contre lui, deux ans après la révélation des faits. Cet ex-caporal-chef aujourd'hui âgé de 35 ans entré dans l'Armée de terre en 2000 , rattaché au régiment du train à la Braconne en Charente , était poursuivi pour des faits remontant aux années 2007 et 2009 lors de déplacements dans des campements à Guéret dans la Creuse et à Mérignac en Gironde . Cinq femmes militaires avaient déposé plainte. Une seule s'est constituée partie civile au procès mais aucune n'était présente.

Il a donc été reconnu coupable d'agressions sexuelles sur trois d'entre elles et condamné à 18 mois de prison avec sursis , avec obligation de soins et inscription sur le registre national des délinquants sexuels .

Durant l'audience, il s'est défini comme un dragueur , un homme à femmes et un mari parfait et gentil . Il a parlé de jeu avec une collègue consentante. Il a reconnu peut-être avoir carressé les seins ou les fesses de jeunes recrues , mais il a su dit-il s'arrêter à temps, avant de brandir une bouteille d'essence et de menacer de mettre le feu avec un briquet . Il a évoqué aussi une machination et des victimes qui se sont concertées.

"C'est un chefaillon comme il en existe dans toutes les entreprises " selon le Procureur de la Répubique qui avait demandé de 12 à 18 mois de prison avec sursis , "un homme petit et lâche ".

"C'est un bourrin et c'est tout. On le sait bien dans l'Armée, ça vole bas". — Maître Chargeur, l'avocat du prévenu

"L'Armée est un corps qui peut se lâcher parfois"

"Il a confondu la notion d'autorité et le droit de cuissage". — Maître Jallain, l'avocat de la seule victime partie civile

"il y a une culture d'impunité"

"Il y a une culture d'impunité. Peut-être qu'il y aura un changement d'attitude de l'Armée avec ce type de procès". — Maître Jallain

Le ministère de la Défense a annoncé mi-avril un plan d'action pour lutter contre les violences sexuelles et le harcèlement dont sont victimes les femmes militaires. Un projet de loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes qui reviendra en seconde lecture, à l'Assemblée Nationale, le 26 juin, devrait introduire une disposition modifiant le code de la Défense visant à interdire explicitement le harcèlement moral et sexuel dans les armées.

"un bourrin"

Partager sur :