Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un ancien policier acquis aux thèses djihadistes condamné à six ans de prison

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Mamadou N'Diaye, 47 ans, ancien policier au commissariat du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) a été condamné ce lundi à 6 ans de prison. Il était jugé par le correctionnel de Paris pour "associations de malfaiteurs à visée terroriste". Ses anciens collègues parlent d'un "très bon policier qui a dévié".

Illustration Tribunal de Paris
Illustration Tribunal de Paris © Maxppp - Alexis Sciard / IP3

Paris, France

Pour la première fois de sa vie, cet ancien gardien de la paix de la brigade des accidents et délits routiers du commissariat du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) a été menotté et incarcéré. En effet, le tribunal correctionnel de Paris qui l'a condamné à six ans de prisons pour "associations de malfaiteurs à visée terroriste et escroquerie" l'a immédiatement écroué. Pour la présidente du tribunal, cet homme a "porté une atteinte grave au travail de la police et à la confiance des Français envers les forces de l'ordre"

Il a notamment consulté des fichiers de personnes poursuivies pour terrorisme

Pendant deux ans cet ancien gardien de la paix a partagé l'idéologie de l'Etat Islamique et s'est félicité de l'attentat contre un couple de policier à Magnanville en 2016. Avec son frère (condamné, lui, à sept ans de prison), il a suivi des profils de djihadistes, activé un compte Twitter pour un djihadiste français en Syrie. Grâce à sa fonction de policier, il a également consulté des fichiers de personnes poursuivies pour terrorisme.  Des faits qu'il reconnait mais qu'il explique par un dédoublement de personnalité suite à une dépression. Son avocat fera donc appel de cette décision. Pour maître Grégory Dumenil :  "On a condamné un policier qui était acquis à un moment de sa vie à des thèses de l'EI. On a voulu en faire en exemple et c'est ça qui est scandaleux. Parce que ce n'est pas une bonne justice. On a mis de côté tout ce qui concerne sa personnalité, on ne l'a pas cru". En effet, la présidente du tribunal a parlé de "thèses fantaisistes" et "d'excuses bien faibles" .Ces six ans d'emprisonnement sont assortis d'une période de sûreté de moitié.  

"C'était le seul qui disait bonjour à tout le commissariat"

De leurs cotés, les policiers qui l'ont côtoyé au commissariat du Kremlin-Bicêtre ont toujours du mal à y croire. Ses anciens collègues le décrivent comme un "très bon policier, appliqué", "le seul qui disait bonjour à tout le commissariat". Un homme qui a "dévié après sa rupture avec sa femme". Ce policier aux bons états de service affecté à la brigade des accidents et délits routiers était notamment intervenu sur les lieux du meurtre d'Aurélie Châtelain, tuée à Villejuif en 2015 sur fond de projet d'attentat avorté, et s'était même porté volontaire en cas de besoin après les attentats parisiens du 13 novembre 2015, un "comportement pouvant être considéré comme inquiétant", selon le tribunal.