Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un ancien militaire des Spahis condamné pour agression sexuelle sur une stagiaire de 14 ans

mercredi 16 mai 2018 à 2:34 Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Un ancien militaire du régiment des Spahis à Valence (Drôme) a été condamné à un an de prison avec sursis ce mardi devant le tribunal correctionnel. Il est reconnu coupable d'agression sexuelle sur une mineure, une stagiaire de troisième âgée de 14 ans.

Palais de Justice de Valence (Drôme)
Palais de Justice de Valence (Drôme) © Radio France - Mélanie Tournadre

Valence, France

Les faits datent de novembre 2012. La victime, 14 ans à l'époque, effectuait son stage de troisième au service communication du régiment des Spahis, à la caserne Baquet à Valence. 

Elle était encadrée par un photographe, alors âgé de 37 ans, qui a profité de moments seul à seul dans le bureau pour commettre des attouchements. Le stage devait durer une semaine. Après deux jours, l'adolescente en parle à des amis, prétexte être malade et ne retourne pas à la caserne.

Un procès à huis clos

Elle a souhaité que le procès se tienne à huis clos pour que les détails de l'affaire ne soient pas rendus publics. Mais à l'issue de l'audience, son avocate a tenu à alerter en son nom : une agression sexuelle peut arriver même dans un cadre sensé être sécurisé, il faut être vigilant et ne pas hésiter à en parler. 

L'auteur des faits, lui, n'a pas souhaité s'exprimer. Il écope d'un an de prison avec sursis, avec une mise à l'épreuve de 2 ans qui implique notamment une obligation de soins par un psychologue ou psychiatre. Le tribunal a aussi demandé son inscription au FIJAIS, le fichier judiciaire des auteurs d'infractions sexuelles. Son avocate ne savait pas, hier soir, si elle ferait appel de cette décision.