Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le mystère des chevaux mutilés

Un ânon d'un élevage retrouvé dépecé dans l'Île de Ré

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

L'éleveur des fameux "ânes en culotte" sur l'Île de Ré a fait une macabre découverte dimanche matin dans les douves de la citadelle de Saint Martin de Ré, où paissent ses bêtes. Il a retrouvé le cadavre dépecé d'un ânon né dans la nuit. Une enquête judiciaire est ouverte.

Les ânes de l'éleveur Régis Lau paissent dans les douves de lÎle de Ré, où a été retrouvé le cadavre dépecé d'un ânon dimanche matin
Les ânes de l'éleveur Régis Lau paissent dans les douves de lÎle de Ré, où a été retrouvé le cadavre dépecé d'un ânon dimanche matin © Maxppp - Richard Villalon/Belpress

"Il faut vraiment être malade, désaxé, fou furieux pour avoir autant de lâcheté envers un petit animal qui n'a que quelques heures" tonne l'éleveur Régis Léau. Il élève depuis 20 ans des baudets du Poitou au pied de la citadelle de Saint-Martin de Ré. Tous les touristes connaissent ses bêtes qui paissent tranquillement sous les remparts. 

Dimanche matin, Régis Léau a découvert le cadavre mutilé d'un ânon dans les douves : la tête était séparée du corps, l'abdomen n'était plus là, et il n'y avait pas non plus de sang. "Comme si on l'avait aspiré avant" s'interroge Régis Léau. 

C'est une main habile qui a fait ça, l'animal était vraiment désossé - Régis Léau, éleveur

L'ânon n'a vécu que quelques instants, il serait né entre 6h et 8 heures dimanche matin. "Il y avait le premier petit caca après la tétée" constate l'éleveur. Le petit âne a donc tété, il a aussi sans doute fait quelques pas : il n'y avait plus, sous ses sabots, la sorte de gélatine présente à la naissance. 

"C'est un petit peu troublant qu'un animal soit dépecé et qu'il n'y ait pas de traces de sang" insiste Régis Léau, sans pouvoir s'empêcher de penser aux informations qui ont circulé ces derniers mois sur les réseaux sociaux, autour de mutilation d'équidés. Mais il est encore trop tôt selon la gendarmerie de Charente-Maritime pour privilégier une hypothèse, l'enquête judiciaire qui a été ouverte ne fait que commencer. 

La construction d'une asinerie est en bonne voie

La gendarmerie va renforcer sa vigilance autour des ânes, qui continuent à brouter au pied des remparts. "Je n'ai pas les moyens de les mettre dans un espace clos fermé, je n'ai pas les moyens de mettre de la vidéo surveillance" indique Régis Léau. "Je vais continuer en espérant que ce mec ne recommence pas". Une nouvelle agression, dit-il mettrait en péril son élevage. 

Le maire de Saint-Martin, et le président de la Communauté de Communes qui sont venus dimanche l'assurer de leur soutien, lui ont indiqué que sa demande de permis de construire pour une asinerie est en bonne voie. Elle permettra, dans l'avenir, de mettre ses bêtes à l'abri. D'ici là, il espère ne plus retrouver de cadavre d'âne dépecé, il a fait circuler.sur les réseaux sociaux, des conseils de prudence aux autres éleveurs de l'Île,

Choix de la station

À venir dansDanssecondess