Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un appel à la mobilisation pour soutenir deux jeunes Guinéens incarcérés à Bayonne

lundi 5 mars 2018 à 21:45 Par Andde Irosbehere, France Bleu Pays Basque

Le collectif Etorkinekin Solidarité Migrants et la Cimade dénoncent le sort réservé à deux jeunes migrants guinéens qui se disent mineurs. Ils ont été placés en détention provisoire en attente de leur jugement

Le collectif Etorkinekin et la Cimade veulent alerter sur la situation des migrants mineurs isolés
Le collectif Etorkinekin et la Cimade veulent alerter sur la situation des migrants mineurs isolés © Radio France - Andde Irosbehere

Bayonne, France

Originaires de Conakry, Joseph et Koivogi ont fui la République de Guinée, en Afrique de l'Ouest. Après deux ans d'errance au Mali, ils sont arrivés il y a une quinzaine de jours en France, où ils ont été d'abord pris en charge par l'Aide sociale à l'enfance, avant d'être conduits vers la police au frontière à Hendaye.

Les deux Guinéens affirment avoir 17 ans. En tant que mineurs isolés, ils ont droit à une protection et ne peuvent être expulsés. Or, les enquêteurs établissent que leurs actes de naissances sont faux. Après deux jours de garde à vue, les deux jeunes hommes sont placés en détention provisoire, en attente de leur jugement.

"Présomption de minorité" 

Mais pour leurs avocats et les associations de soutien aux migrants, leurs droits ont été bafoués. Ils estiment que la "présomption de minorité" n'as pas été respectée, et que c'est au procureur de prouver qu'ils sont majeurs, et non aux accusés de prouver qu'ils sont mineurs. Ils ont fait appel de cette décision.

Maître Vincent Faget défend l'un des deux Guinéens

Le collectif Etorkinekin et la Cimade organisent une mobilisation de soutien jeudi à 14h, jour de leur comparution devant le tribunal correctionnel de Bayonne. Ces deux associations dénoncent une "systématisation du refus de reconnaissance de minorité". Elles souhaitent aussi de manière plus large alerter sur les difficultés que rencontrent de plus en plus, d'après eux, les migrants mineurs pour faire valoir leurs droits fondamentaux.