Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un appel à témoin lancé pour le meurtre dans un kebab à Tonnay-Charente

lundi 4 juin 2018 à 16:48 France Bleu La Rochelle

L'enquête sur l'homme abattu dans un kebab de Tonnay-Charente, près de Rochefort, le 2 novembre 2016 patine. La victime, un kurde de Turquie de 52 ans, s'appelait Metin Duman. Il s'est fait tuer par un homme cagoulé et armé d'un fusil de chasse dans le kebab tenu par son épouse.

La police judiciaire de La Rochelle est en charge de l'enquête.
La police judiciaire de La Rochelle est en charge de l'enquête. - Luc Nobout

Tonnay-Charente, France

Cela s'était passé dans le kebab "City Döner", un établissement situé dans la rue Alsace Lorraine de Tonnay-Charente. Depuis le drame, c'est la deuxième fois que la police judiciaire de La Rochelle lance un appel à témoins dans cette affaire. Un an et demi après les faits, les autorités n'ont toujours pas de suspect pour le meurtre de Metin Duman. Ils ont déjà entendu des dizaines de personnes, sans succès. Les témoignages recueillis ne permettent pas non plus de déterminer le physique de l'homme cagoulé qui a tiré.  

La piste initialement suivie par la police judiciaire était celle d'un meurtre politique ou raciste car la victime était réfugié politique en France. Les enquêteurs ont abandonné cette piste, ils pensent qu'il s'agit plutôt d'un braquage qui a mal tourné, bien que l'argent de la caisse n'avait pas été volé. Au départ, la victime n'avait pas pris au sérieux l'assaillant qui, pris de panique, aurait ensuite tiré. Voilà la théorie des enquêteurs qui demande à être confirmée.  Alors, si vous avez une information qui pourrait être utile, un numéro spécial a été mis en place : 02 38 24 33 30. La ligne est ouverte 7 jours/7 et 24 h/24.