Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A Rennes, un an après l'incendie, l'Église Sainte-Thérèse n'a toujours pas de clocher

-
Par , France Bleu Armorique

La nuit du 31 juillet 2018, le clocher de l’Eglise Sainte-Thérèse à Rennes était détruit par un incendie. Un an après les faits, les travaux de reconstruction n’ont toujours pas débuté et certains habitants s’impatientent.

Le clocher de l'Église Sainte-Thérèse à Rennes lors de l'incendie de la nuit du 31 juillet 2018.
Le clocher de l'Église Sainte-Thérèse à Rennes lors de l'incendie de la nuit du 31 juillet 2018. © Radio France - SDIS 35

Rennes, France

L’horloge est restée figée sur 00h16, l’heure du départ du feu. Il y a un an, l’Église Sainte-Thérèse voyait sa flèche s'abattre sur le sol et son clocher s'embraser. Sur place, certains habitants se souviennent de cette nuit particulière, comme Marig, mère de famille alertée par le bruit : « on a entendu des bruits de crépitement et tout le monde est descendu voir ce qu’il se passait. Les pompiers étaient déjà sur place. Le bruit qui nous a le plus effrayé c’est lorsque la pointe est tombée sur la place. Forcément ça marque ».

« C’est triste, ça fait partie de l’âme du quartier » - une riveraine .

Mais depuis, la reconstruction est au point mort, ce que regrette père Robert Langouët : « les cloches ne sonnent toujours pas, les moteurs sont grillés, la flèche n’existe plus, il n’y a plus la croix en haut, détaille le prêtre. Rien n’avancera tant que les assureurs n’auront pas déterminé qui est le responsable et devra financer la reconstruction. » Déjà présente lors du premier incendie, Christine regrette elle le bruit des cloches : « c’est triste, ça fait partie de l’âme du quartier. Ne plus avoir le bruit des cloches est assez déstabilisant », avance-t-elle. 

Fidèles et riverains devront sûrement attendre encore quelques années. Lors du précédent incendie en 2001, la reconstruction de l’édifice avait duré trois ans. Mais à l’époque, les causes de l’incendie étaient connues, et les travaux avaient pu démarrer rapidement.

Choix de la station

France Bleu