Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un an après la mort d'Ambre-Sarah à La Pierre Saint-Martin, son père se bat pour le port du casque obligatoire en luge

lundi 9 avril 2018 à 16:05 Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn et France Bleu Gascogne

Un an après la mort de sa fille sur une piste de luge de la station de La Pierre Saint-Martin, le père d'Ambre-Sarah se bat pour savoir ce qui est arrivé à son enfant et pour rendre le port du casque obligatoire en luge.

Guillaume Guignard, qui tient une photo de sa fille et son avocat maître Gilbert Garreta
Guillaume Guignard, qui tient une photo de sa fille et son avocat maître Gilbert Garreta © Radio France - Axelle Labbé

La Pierre Saint-Martin, Villecien, France

Ambre-Sarah, 8 ans, est décédée le 9 avril 2017 après un accident à La Pierre Saint-Martin. La petite fille, originaire d'Hagetmau, dans les Landes, faisait de la luge avec son frère sur la piste des Eterlous, réservée aux luges, le 8 avril vers 10 heures du matin. Ils sont passés à travers les filets de balisage et ont percuté la structure métallique du toboggan d'été. Elle est décédée le lendemain à l’hôpital de Pau.  

Ma fille me manque énormément, et je voudrais me battre pour sa mémoire, pour que cela n'arrive plus - Guillaume Guignard, le père d'Ambre-Sarah

L'enquête ouverte par le parquet de Pau pour déterminer les causes de la mort a été classée sans suite mi-décembre, la famille en a été informée mi-janvier. Le père de l'enfant, Guillaume Guignard, n'était pas présent au moment de l'accident. Il ne comprend pas cette décision, et il voudrait au moins que chacun en tire les conséquences : "j'ai été très atteint moralement, _j'espérais vraiment que l'État français allait nous aider à trouver ce qui s'était passé_. Je ne souhaite qu'une chose, c'est que cette enquête soit reprise pour vérifier l'état de cette piste et savoir ce qu'on aurait pu améliorer, et ce qu'il faut améliorer pour demain. J'aimerais dire qu'aujourd'hui ma fille me manque énormément, et je voudrais me battre pour sa mémoire, pour que cela n'arrive plus, pour que le port du casque soit obligatoire pour les enfants en bas âge sur les pistes de ski. On vit un drame, on est effondrés. Je veux que tout change au niveau des stations, et ça s'adresse aux parents qui laissent souvent les enfants seuls sans casque sur ces pistes là, on a vu il y a un an que ça va très  vite". 

Guillaume Guignard, le père d'Ambre-Sarah

Cet accident n'est pas une fatalité et il aurait pu être évité - maître Gilbert Garreta

L'avocat de Guillaume Guignard, maître Gilbert Garreta, veut faire rouvrir l'enquête. Il s'interroge notamment sur la responsabilité de l'EPSA, l'Établissement public des stations d'altitude, gestionnaire de la station : "on se demande pour quelle raison on a permis l'accès à la piste de luge à 10 heures du matin, alors qu'on pouvait constater d'évidence que la piste était gelée, voire verglacée. On sait qu'une luge, qui est un engin rudimentaire, a vocation à se retourner, à se renverser. Et on se pose toujours la question de savoir si les filets de protection étaient véritablement installés, et, s'ils l'étaient, s'ils étaient appropriés. Il y a quand même eu une collision frontale avec une structure métallique qui a été fatale. Ce qui est certain c'est que nous considérons que cet accident n'est pas une fatalité et qu'il aurait pu être évité". 

Guillaume Guignard étudie avec son avocat toutes les possibilités pour faire rouvrir l'enquête.