Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'accident du TGV Est à Eckwersheim

Un an après le déraillement d'un TGV à Eckwersheim : deux témoins racontent l'accident

Eckwersheim, France

Le 14 novembre 2015, Robert Pfimmer et Raphaël Ebersold étaient les premiers sur place après le déraillement du TGV à Eckwersheim (Bas-Rhin). Avant même l'arrivée des secours, ils ont vu le TGV plonger dans l'eau et les premières victimes sortir du train.

Robert Pfimmer et Raphaël Ebersold sur les lieux du déraillement du TGV à Eckwersheim
Robert Pfimmer et Raphaël Ebersold sur les lieux du déraillement du TGV à Eckwersheim © Radio France - Olivier Vogel

Un an après le déraillement de la rame d'essai d'un TGV à Eckwersheim, au nord de Strasbourg, une cérémonie doit avoir lieu ce lundi après-midi. Elle doit se dérouler sur les lieux du drame, le long du canal de la Marne au Rhin, en toute discrétion. Des proches des victimes doivent faire le déplacement. L'accident a fait 11 morts et 42 blessés.

A LIRE AUSSI : VIDEO - Il y a un an, la catastrophe du TGV à Eckwersheim

Le 14 novembre 2015, avant même l'arrivée des secours, deux hommes étaient sur place. Ils ont vu le TGV plonger dans l'eau. Ils racontent à France Bleu Alsace "l'accident apocalyptique" selon les mots de la ministre Ségolène Royal sur place, auquel ils ont assisté.

Le premier passager à sortir, m'a dit "on roulait trop vite" - Robert Pfrimmer, ancien maire d'Eckwersheim

  • Robert Pfrimmer, l'ancien maire d'Eckwersheim et retraité de la SNCF, habite juste à côté de l'endroit où le TGV a déraillé.

"Il y avait des wagons qui étaient éparpillés sur les prés, la motrice avant était presque à la verticale, à fond et l'arrière qui n'avait plus assez d'élan est tombé dans le canal, plié en deux. A ce moment là, une porte s'est ouverte et un homme est descendu. Je lui ai demandé, vous êtes combien à bord , sept, huit ? Il m'a répondu 50, j'ai failli tomber à la renverse. La deuxième chose qu'il m'a dite c'est : on roulait trop vite, il en avait lui-même la sensation."

"On a d'abord pensé que c'était des attentats" - Raphaël Ebersold, témoin du déraillement.

  • Raphaël Ebersold passait en voiture avec son frère quand il a entendu l'accident. Il a aidé des blessés à sortir de la rame.

"J'ai entendu un gros bruit et en tournant la tête, j'ai vu un gros champignon de fumée. Evidemment, au lendemain des événements de Paris, on a cru que c'était des attentats. En se rapprochant, on a vite vu que c'était un déraillement. On s'est rendu tout de suite sur les lieux et on a rapidement constaté qu'il y avait du monde à bord. Ce qui m'a surtout marqué, ce sont les enfants. Une petite fille est sortie à l'arrière du train, elle n'arrêtait pas de dire : où est mon papa, où est mon papa ? Il était blessé à la tête. On a réussi à sortir quatre, cinq personnes. On entendait aussi des gens toquer plus loin, mais on ne pouvait pas y accéder parce qu'il y avait le canal. C'était des moments choquants."

Un an après le drame, un jardin du souvenir doit être installé sur ce terrain.
Un an après le drame, un jardin du souvenir doit être installé sur ce terrain. © Radio France - Olivier Vogel
Choix de la station

À venir dansDanssecondess