Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Grenelle des violences conjugales

Un an après le Grenelle, quel bilan pour la lutte contre les violences conjugales ?

-
Par , France Bleu

Sur les 43 mesures promises par le gouvernement il y a un an pour lutter contre les violences conjugales, seulement 23 ont été mises en place.

Manifestation contre les violences faites aux femmes le 23 novembre 2019 à Paris
Manifestation contre les violences faites aux femmes le 23 novembre 2019 à Paris © Maxppp - IP3 PRESS

Il y a un an, le gouvernement annonçait 46 mesures à mettre en place pour lutter contre les violences conjugales à l'issue du Grenelle. En octobre dernier, 23 étaient réalisées et 20 se trouvaient en cours de réalisation selon le ministère délégué à l'égalité et trois n'étaient pas encore construites. Ce mercredi 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes Elisabeth Moreno présente donc un premier bilan des actions du gouvernement sur le sujet. 

Parmi les mesures déjà réalisées, on citera notamment le déploiement depuis septembre des premiers bracelets anti-rapprochement pour tenir les conjoints ou ex-conjoints violents à distance, la signature de 53 conventions pour permettre les prises de plaintes à l'hôpital ou encore la création de 16 centres régionaux chargés de suivre les auteurs de violences. Le ministère délégué à l'Égalité précise également que les 1.000 places d'hébergement d'urgence promises aux femmes qui souhaitent fuir leur domicile ont été attribuées. 1.000 nouvelles places doivent également être créées en 2021. 

Moins de féminicides, mais plus de signalements de violences en 2020

D'après le calcul réalisé par l'Agence France-Presse, 70 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou de leur ex-conjoint cette année, un chiffre en baisse par rapport à l'année dernière où l'on dénombrait 146 féminicides. Mais le nombre de signalements de violences en revanche, a bondi de 42% durant le confinement mis en place au printemps. Un paradoxe qui s'explique, d'après les associations, par les campagnes de prévention réalisées, et la meilleure prise en compte du sujet des violences conjugales, davantage considéré comme une priorité par la police ou la justice. Même avec des violences en hausse, la mobilisation des forces de l'ordre et les procédures d'urgence dans les tribunaux ont permis de sauver des vies. 

Les associations déplorent cependant le manque d'argent déployé contre les violences. Dans un rapport nommé "Où est l'argent pour mieux protéger les femmes", la Fondation des femmes pointe que, dans un premier temps "les annonces gouvernementales étaient largement insuffisantes au regard des besoins". Face au manque de places d'hébergement, l'association explique avoir été "contrainte à mettre en place un dispositif d’urgence, reposant sur la générosité publique, pour mettre à l’abri plus de 750 personnes"

Trois dispositifs restent ouverts aux témoins ou aux victimes de violences conjugales : le 17 (numéro d'urgence de la police ou de la gendarmerie), le 3919, pour trouver une écoute, ou encore le site arretonslesviolences.gouv.fr

Choix de la station

À venir dansDanssecondess