Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un avocat belfortain condamné à trois mois de prison avec sursis

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

L'ancien bâtonnier de Belfort, Alain Dreyfus-Schmidt, a été condamné ce lundi à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Montbéliard pour avoir refusé de se soumettre à un dépistage stupéfiant, après un excès de vitesse. L'avocat annonce qu'il fait appel.

Alain Dreyfus-Schmidt à la Cour d'Assises de Vesoul
Alain Dreyfus-Schmidt à la Cour d'Assises de Vesoul © Maxppp - Pascal Lainé

Montbéliard, France

Un ex-bâtonnier de Belfort comparaissait devant le tribunal correctionnel de Montbéliard ce lundi pour un excès de vitesse caractérisé. Il y a un peu moins d'un an, le 22 mars 2018, maître Alain Dreyfus-Schmidt, 56 ans, avait été contrôlé à 168 km/h sur une portion de l'autoroute A36, limitée à 110 km/h, à hauteur de la commune d'Arbouans dans le Doubs.  

Au moment des faits, l'avocat avait refusé de se soumettre à un contrôle stupéfiants. Les gendarmes ont donc réalisé sous contrainte un test salivaire qui avait relevé des traces de cocaïne et de cannabis

Du Tramadol et un baiser au cannabis

L'avocat avait réclamé un dépaysement de l'affaire en dehors de la Franche-Comté. Ce qu'il n'a pas obtenu. C'est peut-être pour cette raison qu'il n'a pas jugé utile de se présenter à l'audience de Montbéliard. Concernant la suspicion de cocaïne et de cannabis, maître Dreyfus-Schmidt a une explication pour chacune de ces deux traces. Juste avant le contrôle, il affirme avoir embrassé une jeune femme qui avait consommé du cannabis. Et pour la cocaïne, il explique, ordonnance à l'appui, avoir été sous traitement au Tramadol qui peut faire illusion.

Trois mois de prison avec sursis et six mois de suspension de permis. 

Ses explications n'ont, semble-t-il, pas convaincu le tribunal qui a suivi les réquisitions du procureur et condamné monsieur Dreyfus-Schmidt à trois mois de prison avec sursis, 500 euros d'amende et six mois de suspension de permis. 

Alain Dreyfus-Schmidt a aussitôt fait savoir qu'il interjetait appel. Un appel suspensif qui lui permet dans l’intervalle de conserver ses points sur le permis de conduire.