Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Un banquier condamné à un an de prison ferme à Béziers

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Hérault

Un jeune banquier endetté était poursuivi ce jeudi devant le tribunal de grande instance de Béziers pour avoir dérobé en début d'année à son employeur pas moins de 320.000 euros. Une partie de la somme a été retrouvée dans l'agence dans laquelle il travaillait. Il devra rembourser le reste.

Salle des pas perdus du Palais de justice de Béziers
Salle des pas perdus du Palais de justice de Béziers © Radio France - Stéfane Pocher

Béziers, France

Un ancien employé de l’agence bancaire du CIC de Béziers (Hérault) a été condamné ce jeudi à un an de prison ferme. Cet homme de 30 ans était poursuivi pour avoir dérobé début février plus 320.000 euros en liquide. Employé en CDD, il était chargé des fonds.

Ce joueur invétéré et endetté (grattage et casinos) n’a pas résisté à la tentation pour rembourser des dettes quand son employeur lui a annoncé que son contrat était terminé. Cet homme, niveau bac+5,  inconnu de la justice, aimait le grand luxe. Il a pris la fuite avant d’être retrouvé.

Un an de prison et le remboursement

Quatre jours avant les faits, le prévenu a appris que son contrat était terminé. Malgré cela, il continuait à manipuler les fonds. Une partie du butin était cachée dans l’agence. Il n’avait pas pu tout sortir quand son employeur s’est inquiété de cette disparition. Il manquait cependant pas moins de 170.000 euros. 

"Quatre jours avant les faits, la banque lui annonce la fin de son contrat. Il n'a pas résisté" dit son avocat Luc Abratkiewicz

Pour sa défense, le prévenu a expliqué que ses créanciers étaient devenus menaçants. Par crainte, il était passé à l’acte pour les rembourser. Le parquet était persuadé qu’il avait caché les fonds à l’étranger, il n’a pas été suivi par le tribunal se réjouit son avocat Luc Abratkiewicz.

"Aucun élément n'a permis de démontrer qu'il y avait eu un transfert de fond à l'étranger" dit son avocat Luc Abratkiewicz

Le parquet avait réclamé quatre ans de prison dont trois ans ferme. Quant au prévenu, il est allé purger sa peine en prison et devra rembourser la somme manquante.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu