Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bayonne : la rixe mortelle de la rue Sainte Catherine devant la cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques

jeudi 4 octobre 2018 à 19:26 Par Jacques Pons et Paul Nicolaï, France Bleu Pays Basque

A Pau, un SDF de 23 ans est jugé depuis jeudi devant la cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques. Livio Louis-Joseph est accusé de "violence ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Les faits remontent à juin 2016 à Bayonne. Verdict vendredi soir.

Le palais de justice de Pau
Le palais de justice de Pau © Radio France - Paul Nicolaï

Pau, France

En juin 2016, Livio Louis-Joseph, un sans domicile fixe originaire de Guadeloupe, assène trois coups de poing sur un habitant du quartier Saint Esprit. La victime, Jérôme Saint-Hilaire, 43 ans, est morte en pleine rue Sainte Catherine à la suite d'un arrêt cardiaque, malgré l'intervention rapide des secours.

Lors de la première journée d'audience, ce jeudi, l'accusé, un gaillard de près de 2 mètres, a raconté cette journée du 3 juin 2016. "C’était en fin d'après midi, _j'ai eu une embrouille avec Jérôme_. J'ai porté un premier coup de poing. Il s'est relevé. Il m'a alors agrippé par le cou et c'est là que j'ai réagis en frappant à deux reprises.". Le jeune homme prend la fuite. Il se livre un jour après à l’hôtel de police.

La vidéo-surveillance s'invite au procès

Les images de vidéo-surveillance utilisées à l'époque par les enquêteurs du commissariat de Bayonne ont été diffusées dans la salle d'audience à la demande de la présidente de la cour d'assises, Dominique Coquizart. La vidéo confirme les propos de l'accusé. Pour la famille de la victime, partie civile dans cette affaire, ce fut un moment très douloureux.

Le témoignage de David Saint-Hilaire, frère aîné de la victime.

Déposition poignante de la mère de l'accusé

Moment émouvant aussi la déposition de la mère de l'accusé. Cette antillaise de 54 ans n'a pu retenir ses larmes. Elle raconte tout d'abord la jeunesse "heureuse" de son fils en Guadeloupe. "Une famille simple et aimante". Puis elle parle de son divorce, l'arrivée dans une cité de Gonnesse en banlieue parisienne. C'est là que tout dérape. Dès 14 ans Livio tombe dans la délinquance, alcool, drogue et prison. Il ne termine pas ses études.

"Je reconnais que je n’étais pas toujours là pour lui. Je me levais tôt pour travailler et rentrais tard. Mais quoiqu'il ait fait, je l'aime, je suis plus qu'une mère, je suis une maman". Elle s'adresse alors à la famille de la victime : "_je suis désolée de ce qui s'est passé mais c'est fait_"

Le compte rendu d'audience de la première journée

Compte rendu de la première journée du procès