Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un bébé secoué et décédé à Illzach en 2013 : le procès de l'assistante maternelle reporté sine die

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Une assistante maternelle devait être jugée devant la cour d'assises du Haut-Rhin, à partir de ce mercredi pour la mort du bébé qu'elle gardait, en avril 2013 à Illzach. L'accusée nie les faits. Suite au versement in extremis de nouvelles pièces par la défense, le procès est reporté.

Illustration cour d'assises du Haut-Rhin à Colmar
Illustration cour d'assises du Haut-Rhin à Colmar © Maxppp - Hervé Kielwasser

Colmar, France

La cour d'assises du Haut-Rhin devait juger à partir de ce mercredi une assistante maternelle de 38 ans, dans une douloureuse affaire de bébé secoué à Illzach. En avril 2013, la fillette de 6 mois qui lui était confiée était morte. L'enfant, transportée à l'hôpital de Mulhouse, était décédée deux jours plus tard à Strasbourg. L'assistante maternelle est poursuivie pour violences ayant entraîné la mort, sans intention de la donner. 

De nouveaux éléments versés au dossier

De nouvelles pièces ont été versées au dossier lundi soir par la défense, annoncent Les Dernières Nouvelles d'Alsace. La présidente de la cour d'assises, Marie-Catherine Marchioni, a ordonné des expertises supplémentaires. Le procès a été reporté sine die. 

L'assistante maternelle incriminée avait obtenu son agrément cinq mois avant le drame. Elle conteste sa culpabilité. La trentenaire devait comparaître sous contrôle judiciaire. 

Selon les expertises connues jusqu'ici -l'autopsie de la victime et l'expertise médico-légale- les causes du décès sont liés à plusieurs secousses violentes provoquées par l'action d'un tiers. Les parents de la petite victime souhaitent bien entendu connaitre la vérité.