Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une bêtise aurait pu faire dérailler le TER Bordeaux-Libourne

jeudi 9 août 2018 à 12:27 Par Edouard Marguier, France Bleu Gironde et France Bleu

Deux jeunes de 9 et 11 ans ont été interpellés mercredi soir à Ambarès-et-Lagrave par la gendarmerie. Ils sont soupçonnés d'avoir déposé une plaque de béton sur la voie ferrée Bordeaux-Libourne. Un TER l'a heurté.

Un TER qui circule en région Nouvelle-Aquitaine.
Un TER qui circule en région Nouvelle-Aquitaine. © Radio France - Benjamin Fontaine

Ambarès-et-Lagrave, France

Cette bêtise ou ce jeu aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Deux enfants de 9 et 11 ont été interpellés à Ambarès-et-Lagrave mercredi soir soupçonnés d'actes de malveillance sur la voie ferrée Bordeaux-Libourne. Vers 19h, le train circule sur la voie ordinaire, l'ancienne ligne direction Paris. La rame vient de passer la bifurcation pour la LGV quand elle percute une plaque de béton qui venait d'être déposée volontairement sur les rails. Heureusement le chauffeur a pu freiner. Le train n'a pas déraillé et personne n'a été blessé. 

Retard de 30 minutes

Seule conséquence : le TER en question a été retardé d'une demi-heure et les autres trains ont dû circuler à vitesse réduite, le temps pour la SNCF de procéder à une vérification qui ne donne rien dans un premier temps. Mais quelques minutes après, des pierres sont à nouveau repérées sur les voies. La gendarmerie est prévenue, patrouille dans le secteur et interpelle ces deux enfants de 9 et 11 ans.

Il ont été entendus mercredi soir puis remis à la famille. A cet âge, la garde-à-vue n'est pas possible. C'est maintenant au parquet de Bordeaux de décider des suites à donner. La SNCF annonce avoir porté plainte.