Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un bizutage humiliant dénoncé par la CGT à l'école d'infirmiers de Toulouse

jeudi 6 septembre 2018 à 18:02 Par Mathieu Ferri et Olivier Lebrun, France Bleu Occitanie et France Bleu

Le syndicat s'insurge contre un "bizutage de grande ampleur" ce mercredi à l'école d'infirmiers de Toulouse, avec des pratiques et des chants humiliants. La direction lance une enquête interne, alors que les étudiants, eux, se taisent.

Des étudiants en métiers de la santé (illustration)
Des étudiants en métiers de la santé (illustration) © Maxppp - Sébastien Jarry

Toulouse, France

C'est la CGT de l'hôpital de Toulouse qui tire la sonnette d'alarme ce jeudi, via un communiqué. Le syndicat dénonce un bizutage "de grande ampleur" ce mercredi après-midi, sur l'ensemble des étudiants de première année du PREFMS de Toulouse, le Pôle Régional d'Enseignement et de Formation aux métiers de la Santé.

Selon le syndicat, 250 élèves sont concernés. Il précise que les futurs infirmiers étaient réunis dans un amphithéâtre, quand une centaine d'étudiants plus âgés ont fait irruption dans le cours. La CGT raconte que "les étudiants ont été attachés par deux avec du scotch dans l’amphithéâtre, certains les mains entre les jambes d'autres. Dans un second temps les étudiants et étudiantes ont été aspergés à l’extérieur avec divers produits : œufs, farine, vinaigre, coca, betadine, ketchup, mayonnaise, pâtée pour chiens… Y compris dans les yeux."

Mais le calvaire ne s'arrête pas là selon le syndicat, qui précise que les premières années "ont été sommés de chanter une chanson contenant des propos dégradants : « La fellation c’est tellement bon …». Lorsqu’ils refusaient, des œufs leur étaient jetés dessus. Cela a duré plus d’une heure."

. - Aucun(e)
. - Photo transmise par la CGT de l'hôpital de Toulouse

Toujours selon le communiqué, "plusieurs étudiants ont essayé de quitter le groupe lorsque le bizutage a commencé, ils en ont été empêchés". La CGT s'insurge et indique que "plusieurs étudiantes ont mal vécu cette situation, certaines tremblaient, d’autres ont clairement déclaré avoir été humiliées publiquement."

La CGT dénonce la pratique, mais pour les étudiants "il ne s'est rien passé"

Le syndicat dénonce "des pratiques d'un autre temps", et incrimine la direction du PREFMS, en rappelant que le bizutage est interdit par la loi du 17 juin 1998. Selon la CGT, la même opération de bizutage s'est déroulée l'année dernière. La direction de l'école indique de son côté qu'une enquête interne est ouverte. Un CHSCT (Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) s'est d'ailleurs tenu ce jeudi après-midi pour faire le point sur l'affaire.

En attendant, c'est l'omerta du côté des étudiants. A la sortie de l'école ce jeudi après-midi, aucun ne veut parler de l'événement, comme s'il ne s'était rien passé.