Faits divers – Justice

Foot | Reims-Bastia : un supporter blessé et des gardes à vue à l'issue du match

Par Patrick Rossi, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu RCFM et France Bleu dimanche 14 février 2016 à 17:57 Mis à jour le dimanche 14 février 2016 à 20:20

Police (illustration)
Police (illustration) © Maxppp

Un jeune homme de 22 ans a perdu un oeil, selon l'association de supporters Bastia 1905, dans des circonstances à éclaircir. Huit autres supporters de l'équipe corse ont été placés en garde à vue à Reims après la victoire du SCB face au club champenois samedi lors de la 26e journée de Ligue 1.

Les incidents ont eu lieu après le match de Ligue 1. Du côté des supporters du SCB, on affirme que tout est parti à l'issue du match. Le gros des troupes était déjà remonté dans les cars affrétés spécialement pour rejoindre l'aéroport. Un petit groupe aurait alors été pris à partie par une patrouille de CRS qui auraient tenu des propos anti corses, et lors des affrontements qui ont suivi, l'un d'eux aurait été visé et atteint au visage par un tir de Flash-Ball. Jean Baptiste Castellani, membre de Bastia 1905, était témoin direct de la scène. Il raconte.

Témoignage de Jean Baptiste Castellani, membre de Bastia 1905

Selon les médecins, le jeune homme de 22 ans, qui a été opéré cette nuit, aurait définitivement perdu l'usage de son oeil.

Parallèlement, huit supporters bastiais qui étaient en sa compagnie ont été interpellés et placés en garde vue au commissariat de Reims où ils sont toujours entendus.

Le parquet dément le tir de Flash-Ball

Une thèse démentie par la vice-procureure de Reims. Elle affirme que les insultes contre les forces de l'ordre ont commencé avant le match pour continuer après et que cela a motivé la réaction des CRS. La magistrate parle de provocations, d'insultes et de tirs de fumigènes sur les policiers qui auraient pris en chasse les supporters. C'est en s'enfuyant que le jeune homme aurait trébuché sur les voies de tram et se serait blessé en tombant.

Pas de tir de Flash-Ball donc, selon la magistrate. Elle indique que des réquisitions ont été faites pour visionner les vidéos de surveillance des caméras alentour, à condition qu'elle aient filmé la scène.

Mobilisation bastiaise

Une mobilisation est prévue à 18h devant le commissariat de Bastia. Le mot d'ordre n'émane pas officiellement de Bastia 1905, mais certains membres du groupe ainsi que les syndicats étudiants Ghjuventu Paolina, Ghjuventu indipendentisra et Cunsulta di a Ghjuventù Corsa y appellent sur les réseaux sociaux.

Le SCB a réagi. Le club insulaire exige lui que toute la lumière soit faite sur les circonstances de ces violences. Le SCB trouve inadmissible que, 16 heures après les faits, l’entourage des supporters se trouvant toujours en garde à vue à Reims n’ait encore pu obtenir aucune information précise. Le club envoie dès ce soir à Reims son directeur de la sécurité ainsi que son avocat.

Anthony Agostini, secrétaire général du SCB

Me Jean André Albertini, l'avocat du SCB

Les élus ont également manifesté leurs soutien aux jeunes supporters et leurs familles. Gilles Simeoni,  le président du conseil exécutif de la collectivité territoriale de Corse demande des explications officielles et une enquête impartiale.

Incidents à Reims, réaction de Gilles Simeoni, président de l'exécutif de Corse

Dans un communiqué, Jean Guy Talamoni estime que "le racisme anti corse le plus brutal vient de se déchainer". Le président de l'assemblée de Corse souligne "la référence qui aurait été faite par les policiers à son discours d'investiture en langue corse. Les autorités corses ne manqueront pas de demander des comptes à l'administration française" conclut le président de l'assemblée de Corse.

Les dirigeants du SCB sont repartis ce soir pour Reims, accompagné par l'avocat du club. Anthony Agostini, directeur de la sécurité au SCB , espère bien obtenir des précisions sur le déroulement des faits.

Anthony Agostini, le directeur de la sécuritré du SCB