Faits divers – Justice

Un boulanger d'Issoudun soupçonné de viol sur une apprentie

Par Jonathan Landais et Marie-Audrey Lavaud, France Bleu Berry jeudi 14 janvier 2016 à 9:21 Mis à jour le jeudi 14 janvier 2016 à 10:45

Le tribunal de Bourges (photo d'illustration)
Le tribunal de Bourges (photo d'illustration) © Maxppp

Un boulanger d'Issoudun a été mis en examen mercredi 13 janvier à Bourges, pour viols et agressions sexuelles sur l'une de ses apprenties. Incarcéré à Châteauroux, il risque jusqu'à 20 ans de prison.

Cet homme est un boulanger issoldunois, marié et âgé de 59 ans. L'une de ses anciennes apprenties l'accuse de l'avoir agressée sexuellement puis violée à plusieurs reprises. L'homme a été placé en détention préventive à Châteauroux, le temps que l'enquête se poursuive.

Premiers attouchements en 2003

Les faits auraient démarrés il y a douze ans, en 2003. D'abord par des attouchements puis des viols lorsque la victime est devenue majeure en 2004, l'année de ses dix-huit ans. Les faits auraient duré cinq ans, jusqu'en 2009. La jeune femme, aujourd'hui âgée d'une trentaine d'années, explique qu'à l'époque elle se sentait "sous son emprise", "contrainte moralement" et qu'"il a joué de cette situation, de sa fonction pour arriver à ses fins", le commerçant étant également son maître d'apprentissage.

Déjà condamné pour agressions sexuelles

Lors de sa garde à vue, le boulanger a reconnu qu'il avait eu des relations sexuelles avec son apprentie, mais il affirme que "ces relations étaient consenties". Fait aggravant : l'agresseur présumé est un récidiviste. L'homme a déjà été jugé en novembre 2015 par le tribunal correctionnel de Châteauroux pour d'autres faits d'agressions sexuelles. Il avait alors été condamné à de la prison avec sursis. En apprenant cette condamnation, la victime aurait décidé de porter plainte, six ans après les derniers faits.

Incarcéré à Châteauroux

Le boulanger a été écroué dès mercredi 13 janvier au soir, à la Maison d'arrêt du Craquelin à Châteauroux. Le Pôle de l'instruction de Bourges a décider de le placer en détention provisoire, le temps que l'enquête se poursuive. Si jamais il est renvoyé devant une Cour d'Assises, le commerçant encourt jusqu'à vingt ans de prison.

Partager sur :