Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un Breton placé en garde à vue après avoir été contrôlé quatre fois sans attestation à Rennes !

Un Rennais de 26 ans a été placé en garde à vue au commissariat ce lundi 30 mars, après avoir été contrôlé pour la quatrième fois sans attestation, en moins d'une semaine.

Un Rennais de 26 ans a été contrôlé quatre fois sans attestation de déplacement valable
Un Rennais de 26 ans a été contrôlé quatre fois sans attestation de déplacement valable © Radio France - Céline Guétaz

C'est la première fois depuis le début du confinement que les policiers rennais doivent placer un homme en garde à vue, pour défaut d'attestation de déplacement dérogatoire. Ce lundi 30 mars, vers 22h45, dans le centre de Rennes, ils ont interpellé un jeune homme de 26 ans. Celui-ci n'avait pas d'attestation. Et ce n'était pas la première fois. Il avait déjà reçu trois amendes entre le 25 et le 26 mars. Or, après trois amendes, la loi prévoit que le défaut d'attestation soit considéré comme un délit. Le jeune homme, inconnu des services de la justice était par ailleurs alcoolisé, il a été placé en garde à vue quelques heures. Remis en liberté ce mardi 31 mars, il sera convoqué prochainement au tribunal en composition pénale. Le procureur de la République pourra lui proposer une peine pour éviter un procès. 

Une première condamnation à Paris pour no- respect du confinement

A Paris, un homme de 22 ans a été condamné ce mardi à 105 heures de travaux d'intérêt général (TIG) pour non respect réitéré du confinement, un délit créé le temps de l'état d'urgence sanitaire et sanctionné pour la première fois dans la capitale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu