Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un brigadier du 1er régiment de Spahis de Valence tué au Mali

Valence, France

Un brigadier du 1er régiment de Spahis de Valence a été tué au Mali ce samedi. L’organisation État Islamique a revendiqué l’explosion qui a coûté la vie au soldat français.

Ronan Pointeau avait 24 ans
Ronan Pointeau avait 24 ans - Photo fournie par l’Armée française

Un soldat français est décédé, samedi 2 novembre au matin au Mali lors d'une opération militaire, annonce l'Élysée par communiqué. Ce soldat, Ronan Pointeau brigadier du 1er régiment de spahis de Valence, est mort après "le déclenchement d'un engin explosif improvisé au passage de son véhicule blindé", précise le communiqué. Le président "réaffirme que sa détermination reste intacte dans le combat pour ramener la paix au Sahel". Le chef de corps du 1er régiment de spahis est ce soir auprès de la famille du brigadier Ronan Pointeau.

Né le 1er octobre 1995 à Castres, ce militaire a accompli toute sa carrière au 1er régiment de spahis à Valence. Célibataire, sans enfant, décoré de plusieurs médailles, il était arrivé au Mali en octobre dernier

La ministre des Armées, Florence Parly a elle annoncé qu'elle se rendrait "très prochainement au Mali, afin de s'entretenir avec les autorités maliennes". "Dans un contexte sécuritaire dégradé, la mort du brigadier Ronan Pointeau nous montre que le combat contre les groupes terroristes qui sévissent au Sahel n'est pas terminé et notre détermination à le poursuivre est entière", a poursuivi la ministre dans un communiqué.

Vendredi, 49 soldats maliens étaient tués près de Ménaka (nord-est du Mali) au cours d'une "attaque terroriste" attribuée aux djihadistes. Cette attaque, l'une des plus graves subies par l'armée malienne ces dernières années, s'est déroulée dans un secteur proche de celui où Ronan Pointeau est mort, mais il n'y a pas de lien direct entre les deux événements pour le porte-parole de l'état-major français, Frédéric Barbry. Pour autant le groupe djihadiste Etat Islamique, qui dispose de relais au sein de groupes de combattants locaux au Sahel, revendique les deux attaques. 

Le véhicule du brigadier retourné par un engin explosif

Vers 11h, heure de Paris, le véhicule blindé léger de la force Barkhane où se trouve le brigadier Ronan Pointeau est retourné par une explosion. Le 1er régiment de spahis détaille l'intervention de secours : "Une équipe médicale présente sur place est aussitôt intervenue pour prendre en charge l'équipage du véhicule. Tandis qu'un hélicoptère Tigre sécurisait la zone. Après cette première intervention médicale, l'équipage du véhicule blindé léger a été évacué à l'aide d'un hélicoptère Caïman en direction de l'antenne chirurgicale de Gao. Le décès du brigadier Ronan Pointeau, du 1er régiment de Spahis, y a été constaté."

3e mort au Mali pour le 1er régiment de spahis de Valence

En février 2018 déjà deux militaires des spahis de Valence étaient morts au Mali et le chef de corps d'alors avait été blessé, également à cause d'un engin explosif improvisé. Ce samedi soir de premiers hommages sont exprimés sur les réseaux sociaux :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu