Faits divers – Justice

Un cambriolage ultra-violent qui tourne au drame jugé par la cour d'assises de l'Hérault

Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault et France Bleu dimanche 17 septembre 2017 à 16:28

3 hommes dans le box des prévenus
3 hommes dans le box des prévenus © Radio France - Salah Hamdaoui

Trois hommes sont jugés à partir de ce lundi par la cour d'assises de l'Hérault pour avoir cambriolé une maison à St Just, près de Lunel, en présence de la propriétaire âgée de 70 ans et de sa mère, 90 ans. Près de 3 heures plus tard, la vieille dame est morte d'une crise cardiaque.

Une affaire de cambriolage d'une violence inouïe qui a tourné au drame est jugée par la cour d'assises de l'Hérault à partir de ce lundi matin. Dans le box des accusés : 3 Lunellois de 25 à 33 ans, poursuivis pour "vol avec violences ayant entraîné la mort". Les faits remontent au 27 mars 2014 à Saint-Just, près de Lunel.

Il est 7 heures et demie ce matin- là, Josette est sur le pas de sa porte quand elle voit surgir trois hommes cagoulés, habillés tout en noir.

Agressée au taser

La femme de 70 ans reçoit d'abord un coup de taser au visage avant d'être traînée chez elle. Au sol, l'un d'eux lui écrase violemment la tête avec son pied, elle est ensuite ligotée à une chaise, les mains dans le dos. Josette souffre alors de plusieurs fractures au visage. Elle a deux dents sont cassées, sans compter les plaies et les bleus.

Aujourd'hui encore, elle entend ses os craquer

Me Iris Christol, l'avocate de Josette

L'un des agresseurs surveille Josette pendant que les deux autres fouillent la maison. Ils sont persuadés qu'il y a un coffre fort plein de billets parce que son mari possède plusieurs biens et ils ont entendus dire que, souvent, il se faisait payer en liquide.

Menaces, intimidations, ils veulent absolument savoir où est ce coffre alors qu'en réalité, il n'existe pas.

"Attention à la mère, elle est cardiaque!"

C'est à ce moment que la mère arrive, elle habite la maison d'à côté. Personne ne la frappe mais elle voit sa fille en sang et un tel spectacle la sidère. Malgré son état, Josette prévient les trois cambrioleurs "faites attention à ma mère, elle est cardiaque!". La nonagénaire quant à elle pleure et les implore de ne pas leur faire de mal.

Tout à coup, on sonne à la porte. C'est l'infirmier qui vient pour une prise de sang. Les 3 hommes prennent la fuite avec près de 900 euros, une carte bleue et quelques bijoux.

Choquée, la nonagénaire est morte à l'hôpital

Pendant que sa fille est emmenée à l'hôpital pour être soignée, la vieille dame est raccompagnée chez elle les gendarmes. Alors qu'elle leur raconte son calvaire, elle est prise de vomissements et perd même connaissance. En urgence, elle est également emmenée à l’hôpital où elle mourra d'une crise cardiaque, un peu moins de 3 heures après le cambriolage.

La mère de Josette portait un pacemaker mais l'expertise a écarté l’hypothèse d'une défaillance. Un cardiologue a évoqué le syndrome du cœur brisé.

L'un reconnait, les deux autres nient

Après sept mois d'enquête, un suspect est interpellé. Tout de suite, il reconnait avoir participé au cambriolage. Il désigne un de ses complices et de fil en aiguille les gendarmes remontent jusqu'au 3e suspect. Jusqu'à maintenant, ces derniers ont nié catégoriquement les faits qui leur sont reprochés.