Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un chat éventré à cause d'un piège à collet dans le Gard

Albert le chat a été victime d'un piège à collet au début du mois de février à Pont-Saint-Esprit (Gard). Opéré depuis, l'animal a souffert pendant plusieurs jours avant d'être recueilli.

Après son opération, Albert a été mis à l'abri chez une bénévole de la protection animale.
Après son opération, Albert a été mis à l'abri chez une bénévole de la protection animale. - Lucie L.

Sylvie Jallon, bénévole de la protection animale, intervient sur Pont-Saint-Esprit pour nourrir des chats errants stérilisés. Contactée par une habitante de la commune, c'est elle qui, le dimanche 21 février, a réussi à attraper un chat qui errait, blessé, saignant, depuis plusieurs semaines.  

Sylvie raconte le moment où elle a retrouvé Albert le chat

Après l'avoir capturé, elle constate l'étendue de sa blessure. Le lendemain elle l'amène chez le vétérinaire qui constate que l'animal, baptisé Albert, a un collet, un câble en acier, incrusté dans la chair de son bas-ventre. Sylvie suppose qu'il n'a pas pu s'en détacher parce que ce piège, généralement utilisé par les chasseurs, ne possédait pas d'arrêtoir, contrairement à ce qu'exige la réglementation : en France, les pièges à collet autorisés doivent être munis d'un arrêtoir empêchant tout étranglement.

Une plainte a été déposée

Sylvie Jallon est révoltée. Membre du comité ADDA (Ardèche-Drôme Défense animale), elle assure que ce n’est pas la première fois qu'un tel incident se produit. Selon, elle, des personnes malveillantes piègent et empoisonnent volontairement des chats errants à Pont-Saint-Esprit, nombreux dans la commune située dans le Gard rhodanien. 

Elle estime que la faute revient aux propriétaires de chats. "Ils doivent stériliser leurs chats pour protéger les animaux, ça évite les maladies, la reproduction, les abandons et donc le nombre de chats qui se retrouvent à la rue. C'est tout un enchaînement qui fait que l'on retrouve des chats maltraités", s'insurge la militante. 

Sylvie Jallon appelle à la responsabilité des habitants de Pont-Saint-Esprit

Soigné et recousu sur plusieurs centimètres depuis, Albert se remet doucement de son opération. Il a été recueilli chez Lucie, une bénévole de la protection animale. Sylvie Jallon, elle, a porté plainte à la gendarmerie de Pont-Saint-Esprit, pour sévices graves ou acte de cruauté envers un animal. Elle a également alerté la mairie et distribué des tracts aux habitants du quartier pour qu'ils soient vigilants et la contactent si des actes similaires se reproduisent. 

Bien qu'elle sait qu'il est rare que ces plaintes aboutissent, "il est important d'impliquer les autorités pour que ces actes de cruauté soient portés à la connaissance de tous et que ça s'arrête une fois pour toutes".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess