Faits divers – Justice

Un chauffard fauche deux élèves dans un lycée toulousain : "c'est un accident" assure son avocat

Par Jean Saint-Marc, France Bleu Toulouse mercredi 5 octobre 2016 à 16:49

Le motard serait passé par ce petit portillon (à gauche) pour rentrer dans le lycée
Le motard serait passé par ce petit portillon (à gauche) pour rentrer dans le lycée © Radio France - Olivier Lebrun

Ce mercredi, un jeune homme de 20 ans est toujours en garde à vue à Toulouse après avoir blessé deux lycéennes de Raymond-Naves en fonçant dans le lycée avec une moto. Il a eu un problème mécanique assure son avocat.

"C'est un accident, rien de plus" affirme Pierre Le Bonjour, avocat du jeune homme de 20 ans toujours entendu au commissariat après avoir foncé à moto dans la cour du lycée Raymond-Naves à Toulouse, ce mardi. Après sa chute sa moto a blessé deux jeunes filles. Ce mercredi le rectorat indique avoir des "nouvelles plutôt rassurantes", sans en dire plus.

LIRE AUSSI - Les faits : un homme fonce avec sa moto dans un lycée et blesse deux jeunes filles

"Soit il s'explose dans un mur, soit il rentre par la porte du lycée" – l'avocat du chauffard

"Il conduit une moto qu'il ne devrait pas conduire, qui n'est pas homologuée. Il voit une patrouille de police qu'il veut éviter. Il accélère, d'ailleurs il reconnaît qu'il roule trop vite. Et là il s'aperçoit qu'il ne freine plus. Il est face à l'entrée du lycée, et il a deux options : soit il s'explose dans un mur, soit il rentre par la porte qui est ouverte. Il rentre en espérant pouvoir rétrograder, il n'y arrive toujours pas, il tombe, la moto rebondit et fauche des lycéens" précise maître Pierre Le Bonjour.

Des expertises techniques pour vérifier sa version des faits

Le jeune homme prend alors la fuite, alors que deux jeunes filles sont blessées : "sur le coup, il n'a pas vu qu'il y avait des blessés" assure son avocat. "Il est en panique, désemparé, blessé aussi.. Il a fallu que la tension retombe pour qu'il s'aperçoive que la meilleure chose à faire, c'était d'aller s'expliquer à la police." Le jeune homme s'est présenté de lui-même au commissariat ce mardi soir.

"On a une dimension un peu improbable. Je ne sais pas si un jour un dispositif de sécurité sera parfait" – l'inspecteur d'académie

Des expertises techniques vont être réalisées sur la moto pour vérifier cette version des faits. Au lycée un vigile est en poste depuis ce mercredi matin pour sécuriser les accès. Par ailleurs des travaux - prévus avant l'accident - doivent avoir lieu pendant les vacances de la Toussaint, pour remplacer le simple portillon par un "tourniquet" qui ne laisserait entrer que les élèves du lycée et le personnel, tous porteurs d'une carte spécifique. "Ça avait été demandé par la proviseur, c'est bien sûr la région qui mène les travaux" indique Jacques Caillaut, l'inspecteur d'académie. S'il assure que les établissements haut-garonnais sont sécurisés, il précise : "On a une dimension un peu improbable. Je ne sais pas si un jour un dispositif de sécurité sera totalement parfait et pourra empêcher toutes les occurrences possibles. Un tourniquet aurait pu éviter cet incident là... Mais quelqu'un à pied aurait pu rentrer d'une autre façon."

Partager sur :