Faits divers – Justice

Un chauffard retrouvé plus de trois mois après un accident mortel, grâce à de simples débris de phare

Par Hervé Sallafranque, France Bleu Béarn, France Bleu Gard Lozère et France Bleu mercredi 9 novembre 2016 à 18:33 Mis à jour le mercredi 9 novembre 2016 à 20:00

C'est à partir de quelques débris de phare que les enquêteurs ont retrouvé le chauffard
C'est à partir de quelques débris de phare que les enquêteurs ont retrouvé le chauffard © Radio France - Hervé Sallafranque

Le 19 juillet dernier, un conducteur avait percuté et tué une dame de 61 ans qui se promenait sur le bord de la route à Saint-Mamert, dans le Gard. Il avait ensuite pris la fuite. Il a été retrouvé grâce à des débris de phares, et écroué ce mercredi.

Le chauffard de Saint-Mamert a été retrouvé plus de trois mois après l'accident, et écroué ce mercredi. Le 19 juillet dernier, il avait percuté et tué une dame de 61 ans qui se promenait sur le bord de la route. Il avait ensuite pris la fuite. Cet habitant de Langlade, âgé de 66 ans, a avoué avoir beaucoup bu ce soir là. Il se serait sans doute enfui par peur.

Les gendarmes ne disposaient que de quelques débris de phare pour débuter leur enquête. Et c'est à partir de ces seuls éléments qu'ils ont réussi à remonter jusqu'au conducteur. Près de 700 voitures contrôlées, une par une, toutes de marque Dacia, type Dokker ou Lodgy, les modèles qui correspondaient aux débris de phares retrouvés sur les lieux du drame et reconstitués comme un puzzle par les enquêteurs.

Les techniciens en identification criminelle ont reconstitué les débris de phare comme un puzzle - Radio France
Les techniciens en identification criminelle ont reconstitué les débris de phare comme un puzzle © Radio France - Hervé Sallafranque

Un incroyable travail de fourmi, complété, recoupé, en étudiant les déclarations d'accidents auprès des assurances, en se rendant dans les garages, dans les casses auto, ou encore en traquant sur internet d'éventuelles commandes de pièces détachées. Après plus de trois mois d'enquête, ils trouvent une piste sérieuse, près de Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques, à presque 500 kilomètres des lieux de l'accident. La voiture se trouvait chez un épaviste, déclarée hors d'usage après un choc avec un sanglier selon son propriétaire.

Le véhicule devait être détruit. Tout s'est peut-être joué à quelques jours, explique le colonel Stéphane Lacroix, le patron des gendarmes.

Tout s'est joué à quelques jours explique le colonel Stéphane Lacroix

Le colonel Stéphane Lacroix, patron des gendarmes du Gard, fier du travail de ses troupes - Radio France
Le colonel Stéphane Lacroix, patron des gendarmes du Gard, fier du travail de ses troupes © Radio France - Hervé Sallafranque

Face à la ténacité des enquêteurs, le chauffard finira par avouer avoir percuté la victime alors qu'il était ivre au volant. Il a été écroué ce mercredi en fin d'après-midi.