Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un chien enterré vivant découvert par une promeneuse à Saint-Colomban

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Une femme a fait une découverte effrayante en se promenant à Saint-Colomban au sud du lac de Grand-Lieu en Loire-Atlantique dimanche 27 septembre. Elle a trouvé un chien enterré vivant, enfermé dans un sac plastique.

Photo d'illustration d'un Yorkshire
Photo d'illustration d'un Yorkshire © Maxppp - François Destoc

Il est environ 11 heures du matin dimanche 27 septembre quand une promeneuse est alertée par des cris qui ressemblent à des aboiements dans la forêt de Saint-Colomban au sud du lac de Grand-Lieu en Loire-Atlantique.  En se rapprochant, elle constate que la terre bouge. Elle creuse et découvre un chien Yorkshire de 11 ans enterré vivant, enfermé dans un sac poubelle. Heureusement l'animal est sain et sauf. Il a été transporté chez un vétérinaire.

Le propriétaire identifié

Le propriétaire a été identifié. Il s'agit d'un homme d'une cinquantaine d'années habitant du Bignon selon les gendarmes. Devant les enquêteurs il admet avoir enterré son propre chien mais précise qu'il s'agit en fait d'une erreur. Il affirme qu'il pensait qu'il était mort suite à une chute. Il fait désormais l'objet de poursuites pénales pour sévices graves ou actes de cruauté envers un animal domestique. On ignore ce qui l'a poussé à commettre un tel acte.

2 ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende

Selon l'article 521-1 du code pénal, "le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende". C'est en effet la peine que risque le propriétaire du Yorkshire s'il est condamné. Sauf que selon maître Gharbi Terrin, avocate spécialisée dans la cause animale, "c'est très rare qu'on assiste à des comparutions devant le tribunal correctionnel". Elle affirme que les suspects font l'objet de compositions pénales ou de simples rappels à la loi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess