Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un collectionneur d'Orange condamné à 200.000 euros d'amende

-
Par , France Bleu Vaucluse

Un collectionneur de monnaies et d'objets antiques a été condamné à plus de 200.000 euros d'amende par le tribunal de Carpentras. Le numismate a été reconnu coupable de pillage et de recel d'objets archéologiques.

Un trésor d'une valeur estimée à plus de 280.000 euros
Un trésor d'une valeur estimée à plus de 280.000 euros © Maxppp - .

"Cette sanction fera date." C'est la réaction du ministre de la Culture à la condamnation infligée par le tribunal de Carpentras à un numismate d'Orange reconnu coupable de pillage et de recel d'objets archéologiques. L'homme a été condamné à plus de 200.000 euros d'amende douanière et à 5.000 euros d'amende pénale. En janvier 2017, les douaniers avaient découvert dans le coffre de son véhicule un détecteur de métaux et des monnaies très anciennes qu'il était venu exposer lors d'un salon spécialisé à Aix-en-Provence. 

À son domicile, perquisitionné dans la foulée, les enquêteurs avaient mis la main sur 1.279 objets archéologiques issus de sites terrestres et marins, remontant aux époques protohistorique, antique, médiévale et romaine : de nombreuses pièces de monnaie gauloise en or, en argent et en bronze, des amphores et des bijoux précieux.  Valeur estimée : plus de 280.000 euros !

"Une menace grave sur notre patrimoine." (Franck Riester ministre de la Culture)

À la barre du tribunal de Carpentras, le septuagénaire avait expliqué que tous ces trésors avaient été achetés légalement ou légués par des proches, mais aucune comptabilité n'avait pu étayer sa version des faits. Les douaniers restaient eux persuadés que le collectionneur pratiquait des fouilles archéologiques sans autorisation.

"Les juges ont clairement signifié qu'aucune forme d'indulgence n'est envisageable face à des pilleurs et des trafiquants qui font peser une menace grave sur le patrimoine", a réagi Franck Riester, le ministre de la culture.   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess