Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un conseiller municipal poursuivi pour injure raciale à Belfort

mercredi 30 mai 2018 à 15:52 Par Wassila Guittoune, France Bleu Belfort-Montbéliard

Guy Corvec, élu à la ville de Belfort, est poursuivi ce mercredi devant le tribunal de grande instance pour injure publique à caractère raciste. Il est accusé, dans le cadre de sa fonction de conducteur de bus, d'avoir insulté un collègue d'origine maghrébine.

Le tribunal de Belfort rendra son jugement en juillet - Illustration
Le tribunal de Belfort rendra son jugement en juillet - Illustration © Maxppp - Lionel Vadam

Belfort, France

L'élu Guy Corvec est poursuivi ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Belfort. Le conseiller municipal délégué en charge des transports et de la circulation à la ville de Belfort, est accusé d'avoir tenu des propos à caractère raciste à l'encontre d'un de ses collègues

Une poignée de main à l'origine de l'altercation

"Si c'est ça, va au bled". Ce sont ces mots qui auraient été prononcés par Guy Corvec, conseiller municipal, devant plusieurs témoins, dans une salle de repos au sein des locaux d'Optymo, réseau de transports en commun de la ville de Belfort. En effet, Guy Corvec, âgé de 59 ans, est conducteur de bus depuis 1999 au sein de la compagnie. Le 5 octobre 2017, au moment de prendre son service et après avoir salué un à un les employés présents dans la salle, il tend la main à Zakaria El Bouchari, conducteur âgé de 27 ans. Celui-ci refuse la poignée de main, c'est à ce moment là que l'élu aurait répondu à son collègue "Si c'est ça, va au bled".

Deux versions qui s'opposent

"Nous sommes en froid depuis 2, 3 ans" explique Zakaria El Bouchari. Pour une histoire de bus mal garé, les deux hommes ne s'adressent plus la parole. "Je lui ai dit bonjour" poursuit le chauffeur, mais "je n'ai pas voulu lui serrer la main. Et ce qu'il m'a dit pour moi était raciste. C'est sans équivoque. Je suis peut-être d'origine marocaine, mais cela fait 16 ans que je ne suis pas allé au Maroc. Je suis Français".

le bled cela peut vouloir dire aller en Haute-Saône

"Je m"inscris en faux" répond calmement Guy Corvec. "_Lui m'a dit de dégager, de foutre le camp_. Alors je lui ai dis d'aller se prendre des vacances au bled car je voyais bien qu'il était au bord du burn-out, qu'il avait besoin de repos". "Et puis c'est pas raciste" continue l'élu, qui tient même à préciser : "j'ai de très bons rapports avec les personnes originaires d'Afrique du Nord. (...) Aller au bled cela peut vouloir dire aller en Haute-Saône ! Ce n'est pas humiliant ce n'est pas vexant". 

Son avocat, maître Jean-Louis Lanfumez en rajoute : "mon client côtoie des maghrébins à longueur de journée  et il n'a jamais tenu des propos à caractère raciste". Et de rappeler que son client est un homme "courageux et brave, un ancien caporal-chef dans l'armée qui a conduit un blindé en ex-Yougoslavie en 1996".

Le jugement attendu en juillet

Le vice-procureur Philippe Pin reconnaît que l'accusé n'est "pas un raciste patenté. Mais ces propos ont été tenus, c'est une évidence. Et il s'agit bien là d'une insulte à caractère raciste, d'un dérapage verbal extrêmement désagréable. Il y a eu un émoi, et cela on ne pas en douter". Il requiert une amende de 750 euros à l'encontre de Guy Corvec : le TGI de Belfort se prononcera le 4 juillet. 

L'élu a par ailleurs été suspendu pendant 3 jours par sa direction, à l'issue d'un conseil de discipline. Une mise à pied contestée devant les Prud'hommes par le conducteur et conseiller municipal.