Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un corps partiellement décapité à Dole, la femme et les enfants ont disparu

mardi 2 octobre 2018 à 13:09 Par Laurine Benjebria, France Bleu Besançon et France Bleu

Un homme originaire du Kosovo est mort en septembre, son corps a été retrouvé partiellement décapité, légèrement putréfié ce samedi dans un appartement de la Grande Rue de Dole, dans le Jura. Sa femme et deux enfants auraient quitté le territoire national. Une information judiciaire a été ouverte.

Le Procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux
Le Procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux © Radio France - Laurine Benjebria

Dole, France

Le corps sans vie d'un homme de 33 ans, originaire du Kosovo, a été retrouvé ce samedi dans un appartement de la Grande Rue de Dole, dans le Jura. Son corps a été partiellement décapité au merlin, une forme de hache, au sol. Une mort violente dont on ne connaît pas encore la date précise. Les circonstances mêmes du décès sont imprécises. Une information judiciaire a été ouverte ce lundi soir sous le chef d'homicide. Le parquet de Besançon a été saisi du dossier, en co-saisine avec la DIPJ (Direction Interrégionale de Police Judiciaire) de Dijon.

Un homme connu pour des faits de violences conjugales

Le couple est arrivé en France en 2011. En tout cas, les enquêteurs sont parvenus à remonter jusqu'à cette date-là grâce aux dates de scolarisation de leur aîné, âgé de 10 ans. Ils sont donc arrivés à Besançon en 2011, en 2014 ils ont rejoint la banlieue lyonnaise, puis l'année dernière Mulhouse. La femme s'est installée à Dole en 2018 seule avec les deux enfants. A ce moment-là, l'homme était incarcéré sur Lyon pour violences conjugales. Libéré à la mi-août, il a ensuite rejoint sa famille à Dole. Le procureur de la République de Besançon décrit un "couple problématique" : "la femme était agressive avec le voisinage".

Une situation familiale complexe qui avait des répercussion dans la scolarité des enfants. "Les enfants étaient scolarisés de façon extrêmement chaotique" décrit le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux. Les professeurs avaient dû mal à entrer en contact avec la mère. Le conseil départemental du Jura était en train d'élaborer un signalement à destination du parquet de Lons-le-Saunier. "Les éducateurs de terrains avaient la conviction que les enfants étaient en danger" ajoute Etienne Manteaux. Les enfants n'ont pas été revus depuis le 20 septembre, à la sortie de l'école.

Un corps partiellement décapité 

L'homme de 33 ans a été lui aussi vu pour la dernière fois ce 20 septembre, devant l'école de sa fille. Le propriétaire de l'appartement dans lequel vivait la famille, tentait d'entrer en contact avec la femme depuis plusieurs jours, en vain. Il a donc alerté les policiers de Dole. Et ce samedi, les policiers retrouvent le corps de l'homme, dans la chambre, au sol, partiellement décapité au merlin. Le corps était déjà légèrement putréfié, ce qui laisse à penser que l'homme était mort depuis plusieurs jours. La conjointe et les deux enfants, âgés de 10 ans et 4 ans, ont été vus pour la dernière fois le 20 septembre, ils auraient depuis quitté le territoire national, "en tout cas le téléphone portable de la femme a quitté le territoire" assure Etienne Manteaux.

Selon Etienne Manteaux, les circonstances de la mort sont encore imprécises : la femme a-t-elle tué son conjoint après une scène de violences conjugales ? L'homicide est-il lié aux affaires de l'homme ? Il y a-t-il eu l'intervention d'un tiers ? Beaucoup de questions restent en suspens. Le procureur de la République de Besançon souhaite ne pas précipiter l'affaire mais dit n'écarter aucune hypothèse. Mais une des priorités pour l'heure est de retrouver et d'entendre la femme "son témoignage est capital" affirme Etienne Manteaux. Une information judiciaire a été ouverte pour homicide ce lundi soir et un juge d'instruction a été saisi. Une autopsie est en cours depuis ce mardi matin, elle permettra de préciser la date exacte de la mort de l'homme.