Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un couple d'agriculteurs persécuté, leur poulailler incendié avec 120 oiseaux brûlés vifs

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Cela fait un an et demi que Thibaud Beysson et Caroline Hublet subissent des dégradations dans leurs cultures à Gignac-la-Nerthe (Bouches-du-Rhône). Cette fois, c'est leur poulailler qui a été incendié, ne laissant aucune chance aux 120 poules qui dormaient à l'intérieur.

Au lendemain de l'incendie criminel. 120 poules sont mortes brûlées vives à l'intérieur du poulailler
Au lendemain de l'incendie criminel. 120 poules sont mortes brûlées vives à l'intérieur du poulailler - Thibaud Beysson

Un couple d'agriculteurs de Gignac-la-Nerthe à bout de nerfs. Thibaud Beysson et Caroline Hublet ont lancé leur activité il y a trois ans en s'installant sur un terrain communal. Depuis un an et demi, ils sont la cible d'attaques régulières : champs de poireaux et d’artichauts saccagés, tuyaux d'arrosages arrachés... Dernier événement en date : l'incendie criminel de leur poulailler.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 1h du matin, Caroline réveille Thibaud car elle entend quelqu'un dans le jardin. Le temps de sortir, le couple découvre le poulailler en feu. À l'intérieur : 120 poules. "Quand je me lève, je ne vois personne dans le jardin, mais par contre je vois les flammes de six mètres... Je descends, je prends le tuyau d'arrosage et je saute le portillon pour arrêter le feu. Les poules étaient en train d'agoniser. Elle criaient. Toutes les bêtes étaient en feu ! Elles n'avaient aucune chance de s'en sortir... Et puis on a frôlé la catastrophe car si la haie et les emballages prenaient, la maison brûlait" raconte Thibaud Beysson, maraîcher en agriculture biologique. Son activité principale est la production de légumes, il vend aussi quelques œufs sur le marché mais c'est seulement un complément.

Une enquête de police est en cours pour retrouver les coupables
Une enquête de police est en cours pour retrouver les coupables - Thibaud Beysson

Le couple a déjà porté plainte sept fois pour des dégradations

Le couple ressent un acharnement depuis un an et demi : ils ont déjà porté plainte sept fois pour des faits similaires. "C'est récurrent. Hier après-midi, je suis allé arroser mes cultures. Je me suis rendu compte que dans le champ d'entrée, ils ont saccagé mes fèves et mes poireaux, gratuitement. Ils ont coupé, arraché le tuyau... Je me suis fait saccager les circuits d'arrosage, dégrader les cultures, même fortement... Un coup ils ont coupé tout mon champ d’artichauts à ras. Plus les vols de salades, mon tracteur... Pourquoi ? Je ne sais pas... Quand on a démarré la vente à la ferme, c'est là qu'on a commencé à avoir des ennuis. Parce que ça drainé du monde et que dans le secteur ça ne plait pas, une circulation de personnes étrangères. Visiblement ça ne plaît pas au voisinage"

Caroline Hublet, la compagne de Thibaud, s'est reconvertie dans l'agriculture en emménageant avec lui. Son truc à elle, c'est de s'occuper des animaux. Les poules notamment, dont elle prenait soin depuis un an. Elle reste traumatisée par l'incendie :

Caroline Hublet reste traumatisée par l'incendie de son poulailler

Caroline, Thibaud et Rok (au milieu) n'espèrent qu'une chose : que cette attaque soit la dernière
Caroline, Thibaud et Rok (au milieu) n'espèrent qu'une chose : que cette attaque soit la dernière © Radio France - Elisa Montagnat

Une enquête de police est en cours. La mairie de Gignac-la-Nerthe déclare "porter plainte directement auprès de Mr le procureur de la République en constitution de partie civile" et "demander un rendez-vous auprès de Mr le procureur pour appuyer cette plainte par des explications très précises qui concerneront cette affaire et tout son environnement"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess