Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un couple de Pau écroué pour proxénétisme aggravé

Un couple de Pau, âgé d'une quarantaine d'années a été mis en examen pour proxénétisme aggravé et écroué. Il louait leurs appartements à des filles qui se livraient à la prostitution.

Le commissariat de Pau
Le commissariat de Pau © Radio France - Jeanne marie Marco

Un couple de Pau, âgés d'une quarantaine d'années a été mis en examen pour proxénétisme aggravé. Ils ont été interpellés dans le courant du mois de février, après une enquête de la police judiciaire, sous l'autorité d'un juge d'instruction de Pau. Les faits remontent au six dernières années. Ils ont fourni des appartements à plusieurs prostituées.

Le couple possède une dizaine d'appartements à Pau, meublés pour la plupart. Loués par Airbnb le plus souvent, pour du tourisme classique. Mais pas seulement. Il louait aussi à des filles qui venaient en Béarn pour des sessions de prostitution. Elles prenaient des rendez-vous sur des sites spécialisés et restaient dans ces appartements une ou deux semaines. Des filles venues de Colombie, du Brésil ou du Venezuela. 

Le loueur ne prenait pas de pourcentages sur les passes, mais le simple fait de louer son appartement relève du proxénétisme. L'homme et la femme ont reconnu lors de la garde à vue qu'ils savaient que ces locataires se prostituaient. Lors de la perquisition, il a été retrouvé 10.000 euros en liquide. Cette location leur rapportait plusieurs milliers d'euros par mois selon la police judiciaire qui a réalisé cette enquête. Ce sont des voisins intrigués par les allers et venues qui ont appelé la police. Ce couple n'a pas d'antécédents judiciaires. Il a été écroué après sa garde à vue.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess