Faits divers – Justice

Un couple mis en examen après la mort d'un bébé de neuf mois à Niort

Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou jeudi 17 juillet 2014 à 17:16

Une voiture de police - image d'illustration
Une voiture de police - image d'illustration © Stéphane Milhomme - Radio France

Samedi matin, un bébé de neuf mois a été retrouvé mort dans son lit. C'était dans un immeuble HLM du quartier de Niort Souché. L'autopsie a révélé de multiples traces de coups. Le beau-père de l'enfant reconnait en partie les faits. Il dormira en prison ce jeudi soir. Sa mère, elle, est mise en examen pour non assistance à personne en danger.

Il a fallu une garde à vue et une confrontation pour en arriver là. Présentés ce jeudi matin à un juge d'instruction, le beau-père et la mère de l'enfant sont tous les deux mis en examen : le beau-père pour violences habituelles sur mineur de 15 ans ayant entraîné la mort sans intention de la donner. L'instruction précisera la notion d'homicide s'il y a lieu. La mère, pour non assistance à personne en danger.

Le beau-père reconnaît des "gestes déplacés"

En effet,  l'autopsie réalisée ce mercredi à Poitiers ne laisse aucun doute : l'enfant de neuf mois portait bien des traces de coups et ce sont ces coups qui ont entraîné la mort du nourrisson. Entendu en garde à vue mercredi, le beau-père de la victime, un homme de 21 ans originaire du Nord de la France, reconnaît des "gestes déplacés ". Il avoue même avoir secoué le bébé au point de devoir le ranimer par un massage cardiaque. C'était vendredi dernier, dans l'après-midi. Mais le compagnon n'a rien dit à la mère du bébé. 

Pour autant, cette dernière ne pouvait ignorer que son bébé était battu. L'autopsie confirme en effet que l'enfant a été secoué mais elle révèle aussi multitudes de lésions, dont plusieurs fractures anciennes.

Reste à savoir qui battait l'enfant : Le beau-père? La mère? Ou les deux ? Pour l'instant en tout cas, la mère est mise en examen pour non assistance à personne en danger. Elle est laissée libre sous contrôle judiciaire. Le beau-père, lui, attendra son procès sous les verrous.