Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un dangereux détenu remis en liberté après une erreur de la justice à Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Un homme poursuivi pour séquestration a été remis en liberté ce mercredi en raison des lenteurs de la justice. Les magistrats ont statué avec un jour de retard. Les victimes sont scandalisées.

La justice a rendu sa décision avec un jour de retard (illustration)
La justice a rendu sa décision avec un jour de retard (illustration) © Maxppp -

Béziers, France

INFO FRANCE BLEU HÉRAULT. Un dangereux détenu incarcéré à Carcassonne a été remis en liberté ce mercredi à cause d'une erreur de la justice. La chambre d’instruction de Montpellier a dépassé les délais pour rendre son arrêt sur une demande de remise en liberté. Cet homme de 36 ans était en détention provisoire depuis septembre 2018 après avoir séquestré sa femme et trois connaissances en présence de leurs enfants. C'était à Boujon-sur-Libron et Castelnau-de Guers près de Béziers (Hérault).

Le jour de la prise d’otage, cet homme armé d’un pistolet était ivre et avait consommé des stupéfiants. Le RAID était intervenu pour les libérer.  

Cet homme a déjà un lourd casier judiciaire : condamné à 20 reprises pour vols en réunion, abus de confiance, et transport de drogue.

Le délai pour statuer était dépassé d'un jour

Depuis son incarcération, son avocat Florian Médico a multiplié les demandes de remise en liberté. La dernière demande a été rejetée une nouvelle fois, mais l'avocat a fait appel. La chambre d'instruction de Montpellier avait 20 jours pour statuer. Elle n’a rendu sa décision qu’au bout du 21e jour et s'est retrouvée hors délai. La remise en  liberté du détenu est devenue automatique et instantanée.

Une erreur de la justice sans doute liée à une surcharge de travail des magistrats. Les cas sont assez rares en France. 

L'avocat du détenu ne souhaite pas commenter cette décision, il précise seulement qu'il s'agit "d'une application stricte de la loi".

Des victimes terrorisées

Les victimes séquestrées sont aujourd'hui terrorisées, elles avaient déjà très peur lorsque l'homme était en prison. Aujourd'hui, ces dernières craignent qu'il ne revienne. Elles avaient déjà reçu des menaces lorsqu'il était encore en détention.

Paul Gallix, l'avocat des victimes, estime qu'il s'agit d'une affaire très grave.

S’il n’y avait pas eu cette erreur de procédure, il serait toujours en prison jusqu'à son procès dixit Paul Gallix, l'avocat des victimes

_"_Ce détenu est un homme dangereux. Il l’a montré à plusieurs reprises. Il n’a pas hésité à  menacer mes clients quand il était en détention. S’il n’y avait pas eu cette erreur de procédure, il serait toujours en prison jusqu'à son procès. Je ne  veux pas non plus accabler la justice qui manque surement  de moyen

Depuis sa mise en examen, cet homme les  demandes de remise en liberté et les appels. Avec l'espoir justement de  faire rater un délai à la chambre destruction. 

Ça reste très rare rajoute maître Gallix,  mais c'est quelque chose que les détenus savent. Beaucoup de détenus multiplient les demandes de remise dans liberté et les appels dans l'espoir de faire rater un délai à la justice. Généralement la Cour d’Appel et les juges d’instruction sont assez vigilants pour que cela n’arrive pas. Je ne connais pas les chiffres mais sûrement une fois 1000, voire sur  200.  un délai est dépassé 

L'homme sera cependant soumis à un contrôle judiciaire très strict. Il doit se présenter deux fois par jour aux forces de l’ordre et il doit quitter le département de l'Hérault d'ici vendredi. Il doit se rendre dans sa famille dans l’Eure. Il a également interdiction de revenir dans l'Hérault et dans les départements limitrophes. Interdiction aussi de prendre contact avec sa femme. Sinon, retour à la case prison.