Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

VIDÉO - Un an de gilets jaunes : près de Rouen, le rond-point des vaches, symbole de la contestation

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Un après le début du mouvement, les gilets jaunes du rond-point des vaches près de Rouen estiment que rien n'a changé.

Le rond-point des vaches à Saint-Etienne-du-Rouvray, l'une des places fortes des gilets jaunes
Le rond-point des vaches à Saint-Etienne-du-Rouvray, l'une des places fortes des gilets jaunes © Radio France - Olivia Cohen

Saint-Étienne-du-Rouvray, France

Il y a un an quasiment jour pour jour, le 17 novembre 2018, c'était la première manifestation des gilets jaunes pour dénoncer les hausses de prix des carburants. Depuis, une colère générale a déferlé sur l'ensemble du territoire, avec des manifestations parfois violentes, avant de peu à peu s'essouffler.

Les Gilets jaunes ont manifesté en ville, ils ont surtout investi les ronds-points. Chez nous, en Seine-Maritime, l'une de leurs places fortes : le rond-point des vaches à Saint-Étienne-du-Rouvray.

Il y avait énormément de monde !

Les Gilets jaunes sont toujours là, un camion propose le café et la fraternité de 10h à 18h sauf le samedi. Un an après, ce n'est plus l'affluence des grands jours.

Parmi les irréductibles, Xavier, jeune électricien de 24 ans, est obligé de rester chez ses parents car il ne trouve pas de travail. Il se souvient de ce premier jour de manifestation : "Il y avait énormément de monde, sur tous les ronds-points, on espère que pour l'anniversaire, ça va revenir !"

Chacun était libre de ses mouvements !

Parmi les irréductibles également, Jean-Michel, 39 ans, a du mal à répondre à cette question : Qu'est-ce qui a tué le mouvement ? Peut-être l'absence d'organisation politique : "En même temps, c'est le mouvement qui est comme ça, on n'avait pas de leader, et c'est ça qui est beau, chacun était libre de ses mouvements !"

Beaucoup estiment que rien n'a changé en un an.

Seul le paysage a changé : les vaches du rond-point, arrachées et brûlées par des manifestants, n'ont toujours pas été remplacées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu