Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

Un an de gilets jaunes : Jacline, Mouraud, l'égérie bretonne du mouvement

-
Par , France Bleu Armorique

C'est l'une des égéries du mouvement des Gilets Jaunes, la morbihanaise Jacline Mouraud ! Celle par qui tout a commencé, avec une vidéo qu'elle poste sur sa page Facebook le 18 octobre 2018 pour fustiger "la traque aux automobilistes". Cette vidéo va rapidement faire le buzz.

Jacline Mouraud avec les Gilets jaunes dans la zone de Luscanen à Ploeren dans le Morbihan
Jacline Mouraud avec les Gilets jaunes dans la zone de Luscanen à Ploeren dans le Morbihan © Maxppp - Patrick Croguennec

Bohal, France

Jacline Mouraud tourne cette vidéo chez elle, le 18 octobre 2018, dans le bureau de son pavillon à Bohal, dans le Morbihan. La bretonne vient d'entendre François de Rugy à la radio, évoquer la création de péages à l'entrée des villes. Sur sa page Facebook, en 4 minutes 38, la quinquagénaire fustige "cette traque aux automobilistes", en s'adressant à Emmanuel Macron et au gouvernement.  

Un buzz énorme

La vidéo est vue plus de 6 millions de fois en quelques jours. Jacline Mouraud reçoit des milliers de messages, "des français me confient leurs vies" dit-elle. Un an plus tard, la bretonne n'a toujours pas encore terminé la lecture de tous ces messages. Avec son post Facebook, Jacline Mouraud devient  l'une des voix du mouvement. Elle est invitée sur les plateaux de télé, les émissions de radio, elle est reçue à Matignon. Elle enfile son gilet jaune pour manifester dès le 17 novembre, mais dès le mois de décembre, elle ne défile plus, "dès les premières violences dans les cortèges" dit-elle. Critiquée, insultée, menacée de mort sur les réseaux sociaux, la bretonne prend ses distances avec le mouvement, mais elle s'estime toujours légitime pour représenter "le canal historique des Gilets jaunes", et aujourd'hui, elle mène son combat politique au travers du comité Bastille, pour dit-elle "une fiscalité plus juste pour les français"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu