Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Un an de gilets jaunes : le soutien des Bayonnais à l'étudiant amputé après une manifestation à Bordeaux

-
Par , France Bleu Pays Basque

Un an après le début du mouvement des Gilets Jaunes, France Bleu zoome sur des événements qui ont marqué le territoire. Le 12 décembre, une manifestation rassemblant une centaine de personnes, était organisée à Bayonne, après qu'Antoine Boudinet, un jeune Basque, a perdu sa main à Bordeaux.

Des gilets jaunes et des représentants de mouvements basques composaient le cortège.
Des gilets jaunes et des représentants de mouvements basques composaient le cortège. © Radio France - Jacques Pons

Bayonne, France

Le samedi 8 décembre 2018, Antoine Boudinet, étudiant en géographie de 26 ans, participe au quatrième "acte" de mobilisation des gilets jaunes à Bordeaux, lorsqu'il perd sa main, arrachée par une grenade GLI-F4 lancée par la police. Quelques jours après, le mercredi 12 décembre, une autre manifestation est organisée à Bayonne. Elle rassemble une centaine de personnes, gilets jaunes et membres des mouvements basques Euskal Herria Bai, Aitzina, ou encore Aman Komunak. Ils défilent cette fois contre les violences policières.

"Le truc explose. Ma main explose"

Antoine Boudinet lançait des oeufs sur les forces de l'ordre lorsqu'il a eu la main arrachée. Le jeune étudiant, encore sur son lit d'hopital, s'était confié à Thibaut Lefebvre de France Inter : "J'ai vu un bâton rouler à mes pieds. Jusque là, les seules choses qui avaient roulé à mes pieds, c'était de la lacrymo. Quand je l'ai ramassé pour le lancer, le truc explose. Ma main explose et il n'y a plus que des morceaux de chair sur un os déformé. C'est horrible."

Antoine Boudinet, dont la famille vit à Bayonne, a déposé plainte très rapidement. Le parquet général de Bordeaux a, fin octobre, ouvert une information judiciaire sur l'usage de ces grenades GLI-F4 par les forces de l'ordre en décembre 2019 à Bordeaux. Fait rarissime, la plus haute autorité régionale du ministère public corrigeait ainsi le procureur de Bordeaux qui avait, un mois avant, classé la plainte de l'étudiant sans suite, sur la base des conclusions de l'IGPN. "J'espère que cette procédure, si elle aboutit dans mon sens, sera un précédent pour toutes les personnes qui ont eu la main arrachée par une GLI-F4. Il faut savoir qu'on est quand même cinq", réagissait alors Antoine Boudinet sur France Bleu Pays Basque.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu