Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un an de gilets jaunes : les impressionnants chiffres de la justice toulousaine

-
Par , France Bleu Occitanie

A la veille de la journée anniversaire des gilets jaunes, le procureur de la République de Toulouse a fait le point sur l'activité judiciaire que le mouvement a provoqué dans la ville rose. Les forces de l'ordre ont procédé à près de 800 interpellations, principalement les samedis en centre-ville.

Dominique Alzeari, procureur de la République de Toulouse dans les studios de France Bleu Occitanie
Dominique Alzeari, procureur de la République de Toulouse dans les studios de France Bleu Occitanie © Radio France - Alban Forlot

Ce samedi 16 novembre, les gilets jaunes de Toulouse vont, comme partout en France, "célébrer" le premier anniversaire de leur mobilisation. Un mouvement social qui -qu'on l'approuve ou non- va marquer l'histoire puisque si la mobilisation a faibli vraiment ces derniers mois, les gilets jaunes continuent d'occuper des ronds points et de manifester tous les samedis dans certaines villes. C'est le cas à Toulouse, la capitale de la région Occitanie ayant constitué depuis le 17 novembre 2018 l'une des places fortes de manifestation les samedis. Partout en France le mouvement a connu des épisodes forts ou dramatiques (une dizaine de morts) et France Bleu les a recensés dans un carte spéciale. A Toulouse tous les samedis ou presque, les manifestations ont débouché sur des affrontements entre gilets jaunes et forces de l'ordre, avec du mobilier urbain et des commerces (la plupart du temps des banques) dégradés.

La réponse judiciaire : 47 personnes envoyées en prison

A la veille de cet anniversaire qui pourrait encore réunir plusieurs milliers de personnes samedi 16 novembre à Toulouse, le procureur de la République a choisi de faire le point sur la réponse judiciaire apportée. Elle a très fortement mobilisé le parquet puisque ses services ont eu à gérer pas moins de 792 interpellations, dont 663 ont débouché sur des gardes à vue. La moitié de ces dossiers -329- ont donné lieu à des défèrements (ndlr : des présentation à un juge d'instruction ou devant un tribunal correctionnel) et ce sont 47 gilets jaunes toulousains qui ont été condamnés à des peines de prison ferme avec mandats de dépôts. 22 gilets jaunes ont été relaxés par le tribunal. Dominique Alzeari relève aussi que parmi les interpellés, une quinzaine étaient fichés S.

Du côté des plaintes déposées, 177 ont été recensées de la part de policiers blessés (ndlr : elles sont systématiques) et 43 de la part de gilets jaunes s'estimant victimes de violences volontaires par les forces de l'ordre. Le procureur ou les juges d'instruction ont saisi l'IGPN, l'inspection générale de la police nationale, dans 11 dossiers.

A Paris, deux fonctionnaires de police ont été renvoyés début novembre devant le tribunal correctionnel pour des faits survenus pendant la manifestation très violente du 1er mai. On ne sait pas encore si des policiers seront jugés sur Toulouse. Les dossiers sont toujours à l'instruction.

A Toulouse, reprise des ronds-points et manifestation ce samedi

Pour célébrer ce premier anniversaire du mouvement des gilets jaunes, les appels se multiplient sur les réseaux sociaux. A Toulouse et dans sa région neuf ronds-points "historiques" seront ré occupés dès huit heures du matin. Ceux de Sesquiére, d'Auchan Gramont  et du Mirail à Toulouse. Le rond point du Perget à Colomiers,celui d'Eurocentre à Villeneuve les Boulocs,au nord de Toulouse donc, ceux  la socamile à Tournefeuille, de la route de Monstatruc, à Garidech, ainsi que les ronds points de Muret et de Ramonville. Sur les réseaux sociaux les participants sont invités a amener de la peinture, des banderoles, un instrument de musique et de la nourriture.

Le deuxiéme temps fort de ce samedi c'est la manifestation à Toulouse l’après midi. Départ à 14 heures des allées Jean Jaurés avec un parcours non déclaré. Le préfet interdit donc tout rassemblement sur la place du Capitole de 13 à 20 heures, et annonce un dispositif de sécurité renforcé, qui s'adaptera, dit la préfecture, en fonction des circonstances. La circulation des transports en commun sera inévitablement perturbée. A Albi un rassemblement est organisé ce samedi après-midi au rond-point de Lescure qui devrait être occupé une partie de la nuit, au moins.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu