Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un an de prison ferme pour l'agresseur d'un gendarme à Morcenx

-
Par , France Bleu Gascogne

Ce chômeur de 26 ans lui avait fracturé le nez jeudi dernier en plein centre-ville. Le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan, qui le jugeait en comparution immédiate ce matin, a retenu la préméditation. Pour les juges, l'agresseur a voulu se venger du gendarme qui l'avait placé en garde à vue en juin dans une affaire qui lui a valu six mois de prison ferme.

image par défaut

La peine est inférieure aux réquisitions du procureur de la République qui avait demandé 18 mois de prison ferme. Le Morcenais, célibataire au RSA, sans emploi depuis août, a été maintenu en détention. Il avait été incarcéré vendredi après sa présentation au parquet. Il devra se faire soigner.

Pendant le procès, le prévenu a nié avoir prémédité l'agression sur le gendarme. Il a reconnu lui avoir foncé dessus pour le gifler avant de s'enfuir, mais il s'est dit incapable d'expliquer son geste, même s'il a reconnu "en vouloir un peu au militaire". Cet adjudant de 35 ans l'avait placé en garde à vue en juin car il avait insulté une de ses collègues. Le prévenu a finalement été récemment condamné à 6 mois de prison ferme pour cette histoire. Le militaire s'en tire avec le nez fracturé et quatre jours d'arrêt de travail. 

Le Morcenais avait déjà été condamné sept fois par la Justice pour divers délits : violences en réunion, conduite en état d'ivresse, ou encore outrage envers un agent dépositaire de la force publique. Des peines variant de la simple admonestation à six mois de prison ferme. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess