Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Incendies en Corrèze : un an de prison ferme pour le pyromane

lundi 6 août 2018 à 16:39 Par Julien Balidas, France Bleu Limousin

L'homme qui a déclenché plusieurs départs de feu à Chartrier-Ferrière et Estivals (Corrèze) en fin de semaine dernière a été condamné à un an de prison ferme ce lundi par le tribunal correctionnel de Brive.

Illustration.
Illustration. © Maxppp - Alexandre MARCHI

Corrèze, France

Jugé en comparution immédiate, ce quadragénaire a écopé d'un an de prison ferme ce lundi. Peine prononcée par le tribunal correctionnel de Brive. La peine se divise en deux : six mois pour les trois incendies de Chartrier-Ferrière et d'Estivals la semaine dernière. 

L'autre moitié de la peine correspond à la révocation de la moitié du sursis écopé en février dernier pour des faits similaires commis à l'été 2017. 

Un simple pyromane ou un homme en grande détresse ?

Cet homme a expliqué souffrir d'alcoolisme à l'audience, ce qui n'a pas convaincu la présidente du tribunal. Et encore mois la procureure de la République qui estime que l'homme est bien un pyromane, qui prend "plaisir à allumer des incendies et à les regarder". En faire un pyromane est un "raccourci" selon Christophe Chastanet son avocat qui a demandé au tribunal de prendre en compte son alcoolisme mais aussi sa situation professionnelle. Il est artisan électricien et il n'a pas pu se sortir de salaire depuis deux ans. Ses incendies étaient donc selon le défenseur "des hurlements" pour dire sa détresse. Message sans doute entendu par le tribunal qui a assorti la peine de prison ferme d'un suivi socio-judiciaire avec une obligation de soins pendant quatre ans.