Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Faits divers – Justice

Un an de prison ferme pour le chasseur qui avait tué un joggeur en Haute-Savoie

vendredi 28 septembre 2018 à 12:39 Par Nelly Assénat et Marie Ameline, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Le jeune chasseur qui avait tué un joggeur d'un balle dans la tête en décembre 2015 dans le bois de Quintal au pied du Semnoz (Haute-Savoie) est condamné à trois ans de prison dont un an ferme. "Une peine juste" estime la veuve de la victime.

Mélanie Lavy, la veuve du randonneur tué par le chasseur, et son avocat, Nicolas Ballaloud parlent d'un jugement "adapté"
Mélanie Lavy, la veuve du randonneur tué par le chasseur, et son avocat, Nicolas Ballaloud parlent d'un jugement "adapté" © Radio France - Marie Ameline

Annecy, France

Le jeune chasseur qui avait tué un joggeur d'un balle dans la tête en décembre 2015 dans le bois de Quintal au pied du Semnoz (Haute-Savoie) est condamné à trois ans de prison dont un an ferme et le retrait définitif de son permis de chasse.  Le procès se tenait ce vendredi matin au tribunal correctionnel d'Annecy. La peine de prison pourra être aménagée.

"Une peine juste et adaptée aux faits"

estime la veuve de la victime, Mélanie Lavy, présente le jour du drame, qui a recueilli dans ses bras son mari le visage explosé par une balle.

"C'est ce que j'attendais, je souhaitais autre chose que du sursis" Mélanie Lavy

Le chasseur haut-savoyard, qui n'avait pas 20 ans au moment du drame, était jugé pour "homicide involontaire par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence". 

Ce 5 décembre 2015, il faisait partie d'un groupe de neuf chasseurs qui traquent le gros gibier. Quand ils aperçoivent un sanglier, le jeune chasseur tire sans plus de précaution et sans identifier sa cible. Il tue d'une balle en pleine tête Gäel Lavy, père de famille de Viuz la Chiesaz, un habitué des lieux pour y pratiquer balade et course à pied.