Faits divers – Justice

Un an de prison ferme pour le cyber-jihadiste d'Hérouville Saint Clair

Par Francis Gaugain, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) mercredi 5 mars 2014 à 14:22

L'immeuble de Romain L. à Hérouville-Saint-Clair.
L'immeuble de Romain L. à Hérouville-Saint-Clair. © Radio France - - Faouzi Tritah

Il avait été arrêté le 17 septembre dernier à Hérouville Saint Clair près de Caen. Romain Letellier, alias Abou Siyad Al-Normandy, a été condamné ce mardi à Paris à trois ans de prison dont un ferme pour apologie et provocation au terrorisme.

Abou Siyad Al-Normandy

Trois ans de prison, dont un ferme. C'est la peine à laquelle a été condamné mardi soir le cyber-djihadiste Abou Siyad Al-Normandy, qui était déjà incarcéré depuis son interpellation en septembre dernier à Hérouville Saint Clair dans le Calvados. Son incarcération était d'ailleurs une première, en vertu de la loi votée en décembre 2012 après l'affaire Merah.

À l'audience mardi, le cyber-djihadiste normand a exprimé des regrets et a cherché à minimiser son rôle dans le site internet islamiste où il était accusé d'avoir fait l'apologie du terrorisme. Mais il a eu du mal à convaincre les juges.

Descendant du prophète de Normandie

"Je sais bien que vous n'avez pas commis d'acte de terrorisme  mais vous êtes un maillon de la chaîne (...)  Le djihad médiatique, c'est le nouveau vecteur du terrorisme"  l'accuse la procureure, qui requiert trois ans de prison. Sur le banc des prévenus, Romain Letellier, 27 ans, longue barbe brune, cheveux noués en chignon, se défend, avec quelques difficultés. Il reconnaît qu'il se fait appeler Abou Siyad Al Normandy, le descendant du prophète de Normandie. Il reconnaît qu'il a bien publié sur le site radical islamiste Ansar Al-Haqq, des articles d'Inspire, la revue d'Al Qaïda. Mais, non prétend-il, il n'a jamais voulu faire l'apologie du terrorisme.

Des regrets

" Et quand vous publiez une photo de la Tour Eiffel, avec ces mots, malheur à la France, malheur à son peuple, est-ce qu'une Tour peut en évoquer deux autres ? "  l'interroge un autre magistrat. "Avec le recul, je regrette " dit le jeune cyber-djihadiste, issu d'une famille athée et communiste. "Si c'était à refaire, je ne le referai pas " mais il continue à condamner les américains qui "tuent avec leurs drones, des musulmans innocents" dit-il.

 

Partager sur :