Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Isère : un an de prison ferme pour l'organisation de soirées clandestines dans la discothèque Le César Palace

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Le tribunal correctionnel de Vienne a condamné ce vendredi 22 janvier la gérante de la discothèque Le César Palace à Grenay, en nord-Isère, et son frère, pour des fêtes clandestines organisées dans l'établissement. Ce dernier écopant d'un an de prison ferme.

Les discothèques sont fermées depuis mi-mars.
Les discothèques sont fermées depuis mi-mars. © Radio France - Sébastien Mallais

L'audience avait eu lieu le 8 janvier dernier à Vienne. La gérante de la discothèque Le César Palace, à Grenay, et son frère ont été condamnés ce vendredi après-midi à des peines de prisons pour avoir organisé des soirées clandestines alors que les discothèques étaient fermées depuis le premier confinement en mars 2020. 

Le frère, âgé de 20 ans, déjà connu de la justice et qui est apparu comme le principal organisateur de ces rendez-vous clandestins, écope d'un an de prison ferme et de 500 euros d'amende. Sa sœur, qui avait affirmé devant le tribunal n'être au courant de rien, écope quant à elle de huit mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende. Par ailleurs, la société César Palace, en tant que personne morale, devra s'acquitter de 20.000 euros d'amende. 

Une vingtaine de soirées

Pendant ces "réunions entre amis" qui l'ont dépassé, avait expliqué à l'audience le frère de la gérante, les boissons étaient payantes, en liquide. Il fallait se garer derrière la discothèque. Les photos étaient interdites. Pendant leur enquête, les gendarmes ont relevé 22 pics de consommation d'électricité entre avril et novembre 2020. Les soirées auraient rassemblé entre 70 et 80 personnes et rapporté environ 1.500 euros chacune. Les gendarmes avaient eu la puce à l'oreille en octobre après un accident sur la route devant l'établissement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess