Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un an de prison pour avoir tiré sur un kebab à Avranches

-
Par , France Bleu Cotentin

Deux jeunes de 22 et 23 ans ont été condamnés à deux ans de prison dont une année avec sursis pour avoir tiré vendredi dernier avec un fusil sur la vitrine d'un kebab d'Avranches. Les images des attentats les auraient poussés à passer à l'acte... Un acte islamophobe a reconnu le tribunal.

Un acte islamophobe jugé au tribunal de Coutances
Un acte islamophobe jugé au tribunal de Coutances © Radio France - Anthony Raimbault

"On avait bu, on regardait les images des attentats sur BFM TV, et on s'est fait un film". Les deux jeunes de 23 et 22 ans, tous les deux nés à Avranches tentent d'expliquer leur geste à la barre du Tribunal de Coutances. Dans la nuit du 19 au 20 novembre, ils ont tiré au fusil sur la vitrine du Serhat Kebab, situé juste en face de la mairie d'Avranches. Les dégâts sont importants, mais heureusement pas de blessé. 

Les jeunes, qui habitent désormais à proximité d'Avranches, reconnaissent avoir fait "une connerie" décidée "sur un coup de tête". Ils avaient tout de même pris la peine de cacher les plaques d'immatriculation de leur voiture avant de partir pour Avranches. Lors de leur interpellation, ils avaient expliqué aux gendarmes qu'il n'y avait pas de mosquée à Avranches. Ils sont donc allés au kebab. Les deux individus connaissent bien l'endroit, ils y ont mangé plusieurs fois. Ils n'avaient rien à redire sur le service, mais ils se sont souvenus que le patron du kebab est un homme originaire de Turquie.

L'un des jeunes : "Je ne suis pas raciste"

Le tribunal veut comprendre leur geste. Les réponses des deux prévenus sont maladroites : "Ce n'est pas le propriétaire que l'on a visé, on voulait juste faire parler". L'un d'eux enchaîne : " je ne suis pas raciste". L'avocat du gérant du kebab leur répond : "quand vous vous attaquez à quelqu'un simplement parce qu'il est de religion musulmane vous appelez ça comment ?" . 

Dans son jugement, le tribunal reconnait l'acte raciste. Les deux jeunes sont condamnés à 1 an de prison ferme plus une année avec sursis, avec une mise à l'épreuve de deux ans. Ils sont aussi privés de leurs droits civiques pendant deux ans.  

"Un service civique obligatoire ? Pourquoi pas !"

Présent à l’audience, le maire d'Avranches David Nicolas évoque un acte imbécile. Pour éduquer les jeunes aux valeurs républicaines, il se dit pour la mise en place d'un service civique obligatoire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess