Faits divers – Justice DOSSIER : L'incendie de Gabian

Un des quatre pompiers blessés dans l'incendie de Roquessels témoigne

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault et France Bleu mardi 16 août 2016 à 19:33

David Fontaine sur son lit d'hôpital
David Fontaine sur son lit d'hôpital © Radio France - Marie Ciavatti

David Fontaine, un des quatre pompiers blessés mercredi dernier dans l'incendie de Roquessels, raconte sur France Bleu Hérault comment il s'est retrouvé prisonnier des flammes. Il apporte également son soutien à ses trois collègues grièvement brûlés.

Près d'une semaine après le feu de Roquessels, près de Faugères (Hérault), les quatre pompiers gravement blessés sont toujours hospitalisés : l'un d'eux dans un état très sérieux, deux autres sont en réanimation. Le quatrième doit soigner des brûlures importantes aux jambes, mais son état n'inspire plus d'inquiétude.

David Fontaine, 41 ans est soigné au service des brûlés de Lapeyronie à Montpellier. Il porte d'épais bandages aux jambes , un pansement à la tête. Il parle à voix basse, en fermant les yeux.

"Je suis meurtri dans ma chair et dans mon âme aussi."

Il raconte l'accident : "On est arrivé avec une explosion de fumée, c'est allé très très vite, on a du sauter dans le feu, ce qui a provoqué des blessures et après on est partis dans la zone déjà brûlée avec donc un risque moindre et j'ai pu me protéger. C'est la frayeur de ma vie, j'ai vu tout défiler. On pense à sa famille et ses amis et c'est ce qui donne la force de s'en sortir."

"Je suis soigné par une bonne équipe, les infirmières et les médecins sont à l'écoute. On est meurtris dans sa chair et dans son âme. Ce n'est pas un événement anodin. J'envoie toutes mes pensées à mes trois collègues, mes frères de caserne, les gars je pense à vous, je vous encourage à vous battre encore."

David Fontaine

"Il faut garder la foi. Je suis tombé mais je vais me relever."

David Fontaine est très touché par les messages de soutien qu'il reçoit du monde entier. Un appui précieux, vital même, pour surmonter le traumatisme.

"Ça fait du bien de se sentir encouragé et aimé. C'est ce qui nous pousse aussi à continuer ce métier. Nous qui sommes touchés, on est content que la population ait un regard de sympathie. Il faut garder la foi . Parfois on peut douter : est-ce que ça vaut le coup de continuer ? Je dirais que oui."

"Je reconnais que le métier qu'on fait n'est pas facile, mais on l'a choisi, on a été formés pour ça. C'est courage et dévouement jusqu'au bout. Ce n'est pas parce que je suis tombé que je ne vais pas me relever. Je vais tout faire pour être encore plus fort et être un exemple."

David Fontaine

À voir aussi