Faits divers – Justice

DOCUMENT FRANCE BLEU - Des rats à la prison de Sequedin : les vidéos du détenu qui saisit la justice

Par Cécile Bidault, France Bleu Nord et France Bleu jeudi 20 octobre 2016 à 18:42 Mis à jour le jeudi 20 octobre 2016 à 22:11

Photo prise depuis une cellule.
Photo prise depuis une cellule. © Radio France

VIDÉO | Deux semaines après avoir ordonné au ministère de la justice de dératiser la prison de Fresnes, dans le Val de Marne, la justice se penche sur le cas de la prison de Sequedin, dans la métropole lilloise. Un détenu dénonce la présence de centaines, voire de milliers de rats.

L'audience a eu lieu ce jeudi devant le tribunal administratif de Lille : un détenu de la prison de Sequedin, près de Lille, saisit le juge des référés, pour dénoncer la présence massive de rats dans les bâtiments. L'homme de 35 ans n'a pas pu être extrait de sa cellule pour témoigner, mais son avocat, Olivier Cardon, résume : "Il se retrouve dans un trou à rats ! Il n'ose même plus prendre de douche, il y a des cadavres de rats qui risquent de transporter des maladies. Il a connu d'autres prisons, mais il n'a jamais vu ça. Il y a extrême urgence". Ce détenu est arrivé à Sequedin au mois de mai dernier. Il y a 10 jours, il a changé de bâtiment, et c'est à ce moment-là qu'il a décidé de saisir lui-même la justice.

► France Bleu a pu se procurer les images filmées par un détenu :

Le détenu assure qu'environ 500 rats sont présents dans la prison : "Quand on est en promenade, les rats marchent à côté de nous (..). C'est impressionnant le bruit qu'ils font. Je n'arrive même plus à dormir (...). Ce sont des conditions de 1800, on est en 2016, dans une nouvelle prison (...). Ils sont en infraction totale avec la Convention européenne des droits de l'Homme. Je me sens humilié, rabaissé. J'ai fait des erreurs, je ne suis pas au Club Med, je suis en prison mais il y a un minimum. Je n'ai pas été condamné à être humilié, j'ai été condamné à une privation de liberté, d'aller et de venir. Point."

Éradication complète

Au cours de l'audience, l'avocate du ministère de la justice a reconnu la présence de rats dans la prison, mais à l'extérieur, pas dans les cellules. Selon elle, les rats sont attirés par la nourriture et les déchets jetés par les détenus. Une société de dératisation vient d'intervenir dans cette prison, qui n'est pas vétuste, elle a été construite en 2005. Mais le bâtonnier de l'ordre des avocats du barreau de Lille, venu plaider pour dénoncer cette situation, demande que la justice contraigne l'Etat à aller plus loin : "Il faut éradiquer le phénomène, ordonner une expertise", explique Vincent Potié. "Qu'on ne vienne pas me dire qu'on n'a pas d'argent pour dératiser cette prison. Je pense qu'il s'agit d'une absence de volonté politique de la part de la Chancellerie".

Photo prise à la prison. - Radio France
Photo prise à la prison. © Radio France

Vincent Potié, bâtonnier de l'ordre des avocats du barreau de Lille

Partager sur :