Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un détenu de Vivonne en cavale tué dans le Loir et Cher lors de son interpellation

vendredi 31 mars 2017 à 6:31 - Mis à jour le vendredi 31 mars 2017 à 10:39 Par Delphine Garnault, France Bleu Orléans, France Bleu Poitou, France Bleu Touraine et France Bleu

Un détenu de la prison de Vivonne en cavale depuis septembre a été tué ce jeudi après midi dans le Loir-et-Cher. L'homme avait été repéré dans une ferme de Seur au sud de Blois. Deux gendarmes ont été placés en garde à vue.

Les gendarmes du GIGN de Tours ont été mobilisés
Les gendarmes du GIGN de Tours ont été mobilisés © Maxppp - Maxppp

Un détenu de la prison de Vivonne en cavale depuis plusieurs mois a été tué ce jeudi après-midi à Seur au sud de Blois. L'homme de 37 ans avait fui en septembre dernier. Il avait été repéré dans une ferme de la commune où résident des proches. En raison de sa dangerosité présumée, le GIGN de Tours a été mobilisé ce jeudi en début d'après-midi. Sauf que lors de l'opération l'homme oppose "une forte résistance", rapporte le procureur de Blois, Frédéric Chevallier. Les gendarmes ouvrent le feu, le détenu, un membre de la communauté des gens du voyage, est tué.

19 condamnations judiciaires

Il avait bénéficié d'une permission de sortie en septembre mais il n'avait pas regagné la prison de Vivonne près de Poitiers. Le détenu en cavale avait 19 condamnations à son casier judiciaire, notamment pour des faits de cambriolages et des braquages. Sa dernière condamnation remonte à avril 2016 au tribunal correctionnel de Poitiers : il avait écopé de 2 ans de prison dont 9 mois avec sursis pour cambriolages et recel. Il avait évoqué son addiction à l'héroïne pour expliquer ses actes.

L'inspection générale de la gendarmerie ouvre une enquête

Jeudi soir, le procureur de Blois a précisé que l'enquête a été confiée au Bureau des enquêtes judiciaires de l'inspection générale de la gendarmerie nationale pour éclaircir les conditions de cette interpellation. De gros renforts de gendarmerie ont été mobilisés pour assurer l'ordre dans le département du Loir-et-Cher, notamment par crainte d'incidents au sein de la communauté des gens du voyage. En juillet 2010, de violents incidents avaient éclaté à Saint-Aignan-sur-Cher après la mort d'un gitan tué par le tir d'un gendarme.