Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un détenu détruit le mur de sa cellule à la prison de Grasse

lundi 6 août 2018 à 16:39 Par Justine Leclercq, France Bleu Azur

Un prisonnier enfermé dans le quartier disciplinaire de la maison d’arrêt de Grasse (Alpes-Maritimes) est parvenu à détruire le mur de sa cellule pour aller chez le détenu voisin.

Un détenu est parvenu à changer de cellule en grattant le mur.
Un détenu est parvenu à changer de cellule en grattant le mur. © Maxppp - Sébastien Nogier

Grasse, France

Colère et inquiétudes des syndicats pénitentiaires de la maison d’arrêt de Grasse. En fin de semaine dernière, le vendredi 3 août, un détenu souffrant de troubles psychiatriques a gratté le mur de sa cellule. Il est parvenu à arracher des parpaings et à passer dans la cellule voisine. En une semaine, ce même prisonnier a endommagé trois cellules et a enlevé un bout de béton de la cour de promenade du quartier disciplinaire, explique le syndicat pénitentiaire Force Ouvrière. Un signe de protestation pour demander son transfèrement à Nice. Le détenu a finalement été transféré dans une unité spéciale à Marseille.

Deuxième incident en moins de deux mois

En mai dernier, dans le quartier des mineurs, trois jeunes prisonniers avaient réussi à creuser un tunnel à travers huit cellules pour aller se battre avec un autre détenu. Les syndicats pénitentiaires dénoncent une prison en carton. Hervé Segaud, le délégué Force Ouvrière pénitentiaire évoque "un défaut de construction des murs des cellules" et demande des travaux. 

Depuis l’incident en mai au quartier des mineurs, l’administration pénitentiaire a mené une expertise sans communiquer les résultats, regrette Force Ouvrière. Les syndicats de la maison d’arrêt de Grasse craignent que d’autres détenus passent dans les cellules voisines pour aller en découdre avec d’autres détenus. Ils craignent également des tentatives d’évasions et des agressions sur les surveillants, détaille Hervé Segaud de FO.