Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Un détenu s'évade avant d'être interpellé dans la nuit de mercredi à jeudi à Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault

Un homme d'une cinquantaine d'années s'est évadé lors de son transfert au CHU de Montpellier dans la nuit de mercredi à jeudi. Il a été repris. Sa complice est en fuite.

Un surveillant à la Maison d'arrêt de Villeneuve les maguelone
Un surveillant à la Maison d'arrêt de Villeneuve les maguelone © Maxppp - Guillaume BONNEFONT

Montpellier, France

Un détenu de la maison d'arrêt de Villeneuve les Maguelone s'est échappé dans la nuit de mercredi à jeudi avant d'être rattrapé.

Il était accompagné au CHU de Montpellier pour des soins. Après la visite médicale, au moment du retour, à la sortie des urgences, les trois surveillants, deux hommes et une femme, se sont faits agresser par une femme avant de remonter dans le fourgon. Elle a surgi de nulle part, les a menacés avec une arme de poing et gazés alors qu'ils étaient à pied.

La complice agresse les surveillants de prison

La complice a surgi à la sortie des urgences de Lapeyronie pour agresser les surveillants de prison. Le détenu en a profité pour prendre la fuite, toujours menotté. Il a ensuite été localisé dans un immeuble de Montpellier avant d'être interpellé par la police. Sa compagne et complice a été arrêté jeudi soir dans le quartier des Arceaux.

Le détenu a alerté les surveillants un peu avant minuit se plaignant d'une forte douleur à la tête. Il souffrait d'une plaie ouverte après être tombé de son lit. L'homme a même perdu connaissance un temps. Ce qui nécessitait un déplacement aux urgences de Lapeyronie de Montpellier.

Les surveillants de prison ne sont pas armés. Un vrai problème de sécurité selon eux. Ils revendiquent au moins un taser ou une bombe lacrymogène.

"Lorsque la troisième force publique de la Nation sort avec sa bite et son couteau, ça fait un peu léger". Stéphane Dulac, FO Pénitentiaire

Des pôles d'extraction doivent être créés pour assumer ce type de transfert.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu